Bande dessinée

01 décembre 2021 09:00; Act: 30.11.2021 19:52 Print

Un album d'humour sur la catastrophe climatique

«Les catastrophobes» parviennent à faire rire sur la thématique de la fin du monde. L'album consacré à la crise climatique constitue une prouesse désopilante.

storybild

Les héros sont partagés entre la conscience écologique et les aléas du quotidien. (photo: Fluide Glacial)

Sur ce sujet
Une faute?

A priori, le thème de la crise climatique ne se prête pas à faire hurler de rire. Pourtant, Didier Tronchet a réussi cette prouesse avec son album «Les catastrophobes», fait de gags d’une page. Il présente une famille avec enfants, dont les parents sont conscients des enjeux climatiques actuels.

La mère tente de trouver des solutions souvent radicales. Elle recherche même l’endroit idéal pour se réfugier. «La Bretagne? Mais non, pas possible. Il n’y a pas assez de forêt». Elle se rabat finalement sur le Périgord. Son mari a quant à lui plus de difficulté à quitter son confort. Partir, pourquoi pas, tant qu’il dispose d’une bonne connexion wifi, qu’il peut allumer des barbecues et brancher son congélateur. Au milieu de ces contradictions, les jeunes enfants tentent de comprendre, tandis qu’un ami vaguement climatosceptique fait quelques apparitions loufoques.

De brèves références à la crise sanitaire actuelle sont bien présentes, comme le port du masque et le confinement. Une manière pour Didier Tronchet de souligner la réalité de la crise. L’écologie est partout, jusque dans la confection des repas et la vie du couple. C’est en conciliant la gravité de l’enjeu avec le quotidien banal que l’auteur manie avec brio son humour grinçant. En plus d’apporter de l’humour, l’album est pointu sur les enjeux climatiques. Ce sont les thèmes collapsologues qui sont à l’honneur, dès la préface de Pablo Servigne, chercheur en agroécologie.

•«Les catastrophobes. Rions avec la fin du monde». Didier Tronchet. Fluide Glacial, 12,90 euros.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.