Bande dessinée

15 avril 2020 09:16; Act: 15.04.2020 09:31 Print

Un western pour enfants sur le port d'armes à feu

Dans un village de l’ouest américain, les enfants défendent des opinions très tranchées, et opposées, sur les armes à feu. Un débat très actuel.

storybild

Les enfants tentent de limiter la violence à Patelyn City. (photo: Dupuis)

Sur ce sujet
Une faute?

Comment mieux aborder la problématique des armes à feu qu’avec un western? C’est ce qu’ont dû se dire les auteurs des «Marchands de plombs», deuxième album de la série «Six-coups. Dans cette histoire peu banale, scénarisée par Anne-Claire Thibaut-Jouvray, les héros sont des enfants. Quant à Patelyn City, le village croqué par le dessinateur Jérôme Jouvray, il ressemble à ceux de l’univers de Lucky Luke, avec ses maisons en bois, sa rue large où se déroulent les duels, le saloon où se paient les tournées générales et où les bagarres sont légion.

Bianca, élève intrépide à la vieille robe toujours sale et toujours accompagnée d’un petit cochon poétiquement appelé «lardon», voue une fascination pour les armes à feu. Elle le crie sur tous les toits, y compris celui de l’école. Mais un groupe de femmes s’oppose à la violence ambiante, vite rejoint par deux inséparables élèves mignons, Charlotte, photographe amateur, et Eliott, shérif adjoint nommé par son père.

Thématique actuelle

Le débat se tend lorsqu’un certain Johnson débarque pour ouvrir une armurerie. Pour convaincre de l’utilité de sa quincaillerie, il n’hésite pas mettre en avant des incivilités, qu’il a en fait lui-même créées. Il s’invite aussi à l’école pour faire sa propagande, à coup d’armes fantaisies et de sucres d’orges en forme de pistolets. La pendaison programmée d’un braqueur finit de semer la zizanie au sein de la communauté.

Les auteurs du western traitent d’une thématique dans l’air du temps, le port d’armes à feu, qui revient régulièrement dans l’actualité, surtout aux États-Unis. C’est la forme qui est ici originale, avec ces enfants qui tentent d’écrire l’histoire. Tout est traité avec légèreté, tant les gags s’enchaînent. Les personnages attachants et les dialogues savoureux contribuent à la réussite de l’album.

«Les marchands de plombs».Six-coups. Anne-Claire Thibaut-Jouvray et Jérôme Jouvray. Dupuis, 10,95 euros.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.