Bande dessinée

04 août 2021 11:00; Act: 04.08.2021 08:35 Print

Une ado gère la fin du monde qu'elle a annoncée

Les scènes de panique se succèdent dans «Happy End», conformément aux sombres prédictions de Mollie, qui annonçait la fin de la civilisation.

storybild

L'album présente une ambiance de fin du monde. (photo: Le Lombard)

Sur ce sujet
Une faute?

Mollie, 14 ans, l’héroïne de «Happy End», agace prodigieusement son entourage. L’adolescente filme régulièrement sa famille (ses parents et ses trois frères et sœurs), afin de témoigner de son existence pour les générations futures. Elle est en effet persuadée que la civilisation actuelle est sur le point de s’effondrer. Son auditoire ne l’écoute pas vraiment, ou l’envoie balader, hormis Oscar, un excentrique retraité, propriétaire du château voisin. Lui la croit et a commencé à constituer des réserves de nourriture.

Tout bascule le jour où une énorme crise surgit. «Ça fait six ans qu’on se tape des crises à répétition, qu’est-ce qu’elle a de plus, celle-là?», se demande Louise, la grande sœur de Mollie, particulièrement exaspérée par les prédictions de sa sœur. «Ce n’est pas juste une crise financière, c’est une crise totale cette fois», répond l’ado, qui se veut rationnelle. Effectivement, les scènes de panique s’enchaînent, avec des gens qui achètent tout ce qu’ils peuvent au supermarché, ce qui rappelle le début de la crise du Covid-19, puis s’enfuient loin des villes, lorsqu’ils ont suffisamment de carburant.

Une réflexion sur la société

Pendant ce temps-là, la famille de Mollie, accompagnée d’amis d’Oscar adeptes des reconstitutions historiques, tentent de s’organiser. Après avoir été rabrouée et moquée, Mollie bénéficie d’une légitimité nouvelle pour avoir annoncé l’événement avant tout le monde et prend part à la planification de la nouvelle vie. Celle-ci, qui voit notamment les réserves de nourriture déplacée dans une carriole de cheval, prend peu à peu forme et sera développée dans les tomes suivants.

Très agréable à lire, grâce notamment aux personnages burlesques et attachants, «Happy End» offre une réflexion sur les limites de la société. Le scénario catastrophe, qui évite le cliché des invasions extraterrestres, met l’accent sur nos vulnérabilités. Des développements qui auraient pu paraître insensés il y a encore peu de temps prennent une résonance particulière avec l’actualité récente.

• «Happy End. Tome 1, La grande panne». Olivier Jouvray et Benjamin Jurdic. Le Lombard, 14,75 euros.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • veritis le 04.08.2021 20:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on est en plein dedans

Les derniers commentaires

  • veritis le 04.08.2021 20:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on est en plein dedans