Bande dessinée

23 janvier 2019 19:17; Act: 24.01.2019 16:49 Print

Une Japonaise remporte le Grand Prix d'Angoulême

Rumiko Takahashi, auteur de mangas aux plus de 200 millions de livres vendus, a remporté le Grand Prix du festival de BD d'Angoulême.

Sur ce sujet
Une faute?

La mangaka japonaise Rumiko Takahashi, auteur aux plus de 200 millions de livres vendus, a remporté mercredi le Grand Prix de la ville d'Angoulême pour l'ensemble de son œuvre. Rumiko Takahashi, 61 ans, est seulement la deuxième femme à remporter ce prix prestigieux décerné par l'ensemble de la profession (1 672 votants).

Au cours de la cérémonie, le dessinateur américain Frank Miller, 61 ans, légende vivante des comics et auteur notamment de Batman, a reçu un Fauve d'honneur pour l'ensemble de son œuvre.

La consécration de la mangaka japonaise intervient alors que le festival international de la BD d'Angoulême (FIBD) qui ouvre ses portes jeudi, a décidé de mettre l'accent sur le manga, un genre qui a le vent en poupe. Formée à l'école de Kazuo Koike («Lone Wolf & Cub»), elle est notamment l'auteur des séries à succès «Ranma 1/2», «Urusei Yatsura» ou encore de «Maison Ikkoku» («Juliette, je t'aime» en français). La plupart de ses mangas sont publiés en français chez Glénat.

Sa série de mangas «Maison Ikkoku» a été adaptée en série animée, «Juliette je t'aime»:

Au total, toutes séries confondues, elle a publié près de 200 tomes. Ses différents mangas se sont écoulés à plus de 200 millions d'exemplaires. Elle était en lice avec l'Américain Chris Ware et le Français Emmanuel Guibert, tous deux déjà finalistes malheureux l'an dernier. Rumiko Takahashi, qui n'était pas présente à Angoulême pour recevoir son prix, succède à l'Américain Richard Corben.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.