Bande dessinée

05 juin 2019 09:00; Act: 04.06.2019 18:06 Print

Witold Pilecki, espion dans le camp d'Auschwitz

En 250 pages, ce roman graphique relate le récit véridique de Witold Pilecki, membre de l'armée secrète polonaise, qui s'est laissé interner à Auschwitz.

storybild

Toute l'action se déroule dans le camp d'Auschwitz.

Sur ce sujet
Une faute?

Avec «Le Rapport W», Gaétan Nocq, dessinateur passionné d'histoire et de peinture, adapte en bande dessinée «Le Rapport Pilecki». Ce document a été rédigé pendant l'été 1945 par le Polonais Witold Pilecki. Il y relate son expérience et sa mission dans le camp de concentration d'Auschwitz de septembre 1940 à avril 1943. «Chacun de mes projets est le fruit d'une rencontre. C'est Isabelle Davion, amie et historienne, qui m'a présenté "Le Rapport Pilecki", dont elle avait rédigé les notes historiques. J'ai été absorbé par ce récit», dit Gaétan Nocq.

Officier de cavalerie, Witold Pilecki était membre de l'armée secrète polonaise. Il se laisse interner à Auschwitz en septembre 1940 sous une fausse identité. «Il devait y construire un réseau de résistance. Il a réussi à regrouper plus de 300 membres en vue d'un soulèvement. Mais sans aide extérieure, c'était voué à l'échec». Menacé d'être démasqué par les SS, Pilecki s'évade en avril 1943.

«Toute l'action se déroule dans le camp d'Auschwitz, dont le nom à lui tout seul évoque l'effroi et l'inhumanité. Comment représenter l'innommable? Comment prendre du recul? Quel point de vue à donner? Quelle part d'imaginable? Ma posture a été de suivre Witold Pilecki dans le cheminement complexe de sa mission d'espionnage et de contre-espionnage. Être à ses côtés, au-dessus de son épaule, mais être aussi dans sa tête», explique Gaétan Nocq.

Pendant ses 947 jours en enfer, Pilecki a rédigé plusieurs rapports pour l'Armée secrète polonaise. Il a fait partie des premières personnes à avoir informé les alliés des atrocités commises dans le camp. «Mon parti pris a été de raconter ce huis clos comme un voyage, une pérégrination dans l'espace physique, mais aussi dans l'espace mental. Mais cette BD est d'abord un récit d'espionnage et je tenais à ce que le titre en reprenne les codes. Tout agent rédige des rapports. Le document original est présenté dans la postface du livre, ce qui est exceptionnel car c'est l'une des seules traces qu'il nous reste de la mission de Witold Pilecki!».

• «Le Rapport W - Infiltré à Auschwitz». Gaétan Nocq. Éditions Daniel Maghen.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.