Bande dessinée

12 juin 2019 09:00; Act: 11.06.2019 18:58 Print

«Notre avenir est dans le crottin de cheval et l'eau»

Avec «Le Loup», Jean-Marc Rochette offre une forme de spin off à son précédent «Aile Froide».

storybild

Avec «Le Loup», Jean-Marc Rochette célèbre une nouvelle fois la haute montagne, sa beauté, sa violence.

Sur ce sujet
Une faute?

Après «Aile Froide», Jean-Marc Rochette, l'homme du «Transperceneige», a choisi de revenir dans le splendide massif des Écrins pour une fable baptisée «Le Loup». Il en profite ainsi pour questionner la place de l'homme face au règne animal. Gaspard, qui vit au fond des montagnes, a perdu femme et enfant. Il n'a plus que ses brebis, son chien et sa colère comme unique compagne de jour sans fin.

Jusqu'à l'attaque d'une louve et de son petit qui décime son troupeau. Gaspard se venge en abattant la mère d'un coup de fusil. Le louveteau, témoin de la scène, ne va pas oublier le berger. Et celui-ci garde bien en mémoire qu'un futur loup adulte reviendra un jour rôder dans ses forêts. Dans la vallée du Vénéon, un grand loup blanc et un berger s'affronteront alors passionnément, jusqu'à leurs dernières limites, avant de pactiser et de trouver le moyen de cohabiter. «Un berger de mon entourage est venu me visiter. Il m'a raconté comment son troupeau avait subi une attaque de loup, trois jours avant. Il a mordu une vingtaine de bêtes que le berger a dû achever lui-même car ses brebis étaient à moitié égorgées ou éventrées. Cette sinistre vision m'a donné le point de départ de ce livre», dit Jean-Marc Rochette.

Avec «Le Loup», ce dernier célèbre une nouvelle fois la haute montagne, sa beauté, sa violence. Il insiste sans pareil sur l'engagement et l'humilité qu'il faut pour y survivre. Par la fiction, il tente surtout de trouver une porte de sortie au conflit irréductible de deux points de vue qui sont justes l'un et l'autre. Les bergers qui veulent protéger la vie de leurs bêtes et les parcs qui font tout pour sauver des espèces en voie d'extinction. Avant sa réintroduction, le dernier loup du Dauphiné a été abattu dans les années 40. Les habitants de la région étaient d'ailleurs surnommés les «brûleurs de loups» pour leur manière de traquer cet animal. De grandes battues étaient organisées afin d'encercler les meutes puis on brûlait le bois avec les loups à l'intérieur.

Avec son superbe album, Jean-Marc Rochette passe un message. «Le problème de l'homme aujourd'hui, c'est de n'être pas vivant. On a affaire à des gens semi-morts. Il faut réintroduire l'homme dans la vie, qu'il soit vivant». Vivant dans une jolie vallée, il fait son potager et prône un retour au primitif. «Notre avenir est plutôt dans le crottin de cheval et l'eau et la terre que l'on a enrichie que dans le délire vers lequel on va».

• «Le Loup» et «Extinctions». Jean-Marc Rochette. Casterman.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.