Bande dessinée

31 octobre 2018 09:00; Act: 31.10.2018 11:16 Print

Une histoire d'amour en pleine guerre d'Espagne

Républicains et franquistes face à face. La guerre civile espagnole fut atroce. Elle est le décor d'une histoire d'amour.

storybild

«Double 7».Yann et André Juillard. Dargaud.

Sur ce sujet
Une faute?

Hiver 1936. L’Espagne est à feu et à sang, les républicains s’opposant aux nationalistes de Franco. Une guerre civile marquée par des atrocités dans les deux camps. L'Allemagne nazie a utilisé l'Espagne comme champ expérimental du bombardement des civils pendant que l'URSS aidait les républicains pour que Staline puisse faire main basse sur l'or espagnol. C'est dans le contexte de cette période que Yann et André Juillard situent leur one-shot «Double 7», une sorte de Roméo et Juliette en temps de guerre fratricide.

Lui, Roman Kapulov, est l’un des aviateurs envoyés par la Russie. Il remporte victoire sur victoire, ce qui lui vaut le surnom d’«El rey de las Moscas». Elle, c'est la belle Lulia Montago, jeune milicienne que sa réputation précède. Il ne faut qu’un seul regard pour que Roman et Lulia tombent alors éperdument amoureux. Après les pilotes mercenaires dans l'Israël de 1942 («Mezek» au Lombard), voici ceux de l'Espagne de 1936! Yann et André Juillard récidivent, mais en ajoutant à leur histoire une touche très sentimentale. «Roméo et Juliette, c'est un thème immortel qui me semblait tout à fait pouvoir coller avec cette guerre d'Espagne. Entre Roman et Lulia, c'est un véritable coup de foudre», dit André Juillard.

Il a demandé à Yann ces deux personnages de fiction alors que le premier scénario reposait sur deux véritables couples célèbres: Ernest Hemingway et Martha Gelhorn, Robert Capa et Gerda Taro. Roman Kapulov (un clin d'œil aux Capulet) est un héros pur et sans reproche. Prêt à mourir au combat pour une cause qu'il croit juste. Membre des Mujeres Libres, ces Espagnoles se battant pour les droits des femmes, Lulia n'hésite pas à s'opposer au fossoyeur El Enterrador dont l'escadron se déplaçait dans un bus décorés avec de véritables têtes de mort. Intervenant alors que des religieuses se font brutaliser par des soldats espagnols, Roman fait la rencontre de Lulia dans une Espagne qui n’est pas propice à l’amour. Les sentiments de Roman et de Lulia seront-ils assez forts pour pouvoir survivre à l’horreur alors que personne ne sait sur qui on peut réellement compter...

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.