Bande dessinée

07 octobre 2015 09:00; Act: 08.10.2015 12:57 Print

«Adapter OSS 117 en BD, cela me faisait vibrer»

Gihef, de son vrai nom Jean-François Baudot, s'attaque au mythique OSS 117 pour la BD.

storybild

«OSS 117 T. 1 - Tequila Molotov pour OSS 117». Gihef et Pino Rinaldi. Soleil. (photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

L'essentiel: Pourquoi s’attaquer à OSS 117 en BD?

Gihef: J’y ai pensé en voyant les films de Michel Hazanavicius avec Jean Dujardin. L’univers me plaisait énormément en tant que passionné des années 50-60.

Quel est votre marge de manœuvre par rapport aux ayants droit?

Je soumets tout, du synopsis au découpage, à Martine Bruce, fille de Jean Bruce auteur des OSS 117. Néanmoins, elle me laisse assez libre concernant le remaniement de certaines scènes.

Que saviez-vous d’OSS 117 avant de l’adapter en BD?

Au départ, ce sont les films de Michel Hazanavicius qui m’ont donné envie d’en savoir plus sur le personnage. J’aimais le ton et l’univers. Ma première idée était de reprendre ces critères pour les adapter au format BD. Mais pour des raisons de droits, ce n’était pas possible. Martine Bruce m’a donc encouragé à plutôt adapter les romans de son père et c’est à partir de ce moment-là que je me suis plongé dans l’univers corps et âme. J’ai vu à peu près tous les vieux films, ceux d’Hunnebelle notamment, j'ai fait beaucoup de recherches sur l’œuvre de Jean Bruce et j’ai aussi lu quelques romans.

Quels sont les pièges?

Selon les désirs de Martine Bruce et de mon éditeur, j’essaie de ne pas tomber dans l’esprit parodique des films avec Jean Dujardin. Il s’agit avant tout de redonner vie au personnage tel qu’il a été pensé par Jean Bruce, même si je me suis permis quelques petites touches personnelles.

Quels sont les points forts pour installer la série?

Comme à mon habitude, j’essaie d’insuffler un rythme et un ton particulier aux récits. Ici, je mise beaucoup sur les dialogues et la répartie de notre personnage principal. En outre, si les trames reprennent bel et bien les bases du genre espionnage, il n’en demeure pas moins qu’elles sont traitées avec légèreté.

Qui a choisi Pino Rinaldi comme dessinateur?

J’ai découvert son travail grâce à mon ami Alcante à qui il avait envoyé un dossier car il recherchait des projets sur le marché franco-belge. Pino s’est avéré le candidat idéal.

250 romans parus et 75 millions d’exemplaires pour Jean Bruce, cela vous fait-il rêver?

Oui, bien sûr, mais je reste très prudent et surtout angoissé par rapport aux chances de succès de la série BD.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.