Bande dessinée

14 février 2018 09:00; Act: 15.02.2018 10:35 Print

Robert le Diable ressuscité pour reprendre la Sicile

Nouvelle saga historique, «Ira Dei» revisite un pan rarement abordé de l'histoire médiévale.

storybild

Brugeas et Toulhoat font de Tancrède un héros à la double personnalité.

Sicile, 1040. Menée par le charismatique Tancrède, une petite bande de mercenaires vient prêter main-forte aux troupes de Byzance pour tenter de reconquérir l'île, alors aux mains des Musulmans. Alors que la ville de Taormine résiste à Harald, le terrible chef varègue à la tête des troupes byzantines, un Normand nommé Tancrède et un jeune moine, Étienne, légat du pape, proposent les services de leur troupe de mercenaires.

«Les premières flottes vikings ont sillonné la Méditerranée au milieu du IXe siècle. Des drakkars au pied de l'Etna, c'est donc de l'histoire et non de la fantasy», explique le scénariste Vincent Brugeas, déjà associé au dessinateur Ronan Toulhoat pour la BD «Le Roy des Ribauds». À la demande d’Étienne, Tancrède se rapproche vite d’Harald pour un marché. Il fera tomber Taormine en trois jours, en échange de quoi il recevra les richesses de la cité. Mais Harald se méfie de cet homme dont les yeux révèlent qu’il a «traversé les Enfers» et dont le passé mystérieux ressurgit peu à peu...

«Notre Tancrède s'appelle en fait Robert Ier de Normandie. Il est l'arrière-petit-fils du premier duc, Rollon, et le père de Guillaume le Bâtard. Mais il est mort... depuis quatre ans». Assimilé à la figure légendaire de Robert le Diable, voici donc que ce personnage idéal trouve un autre destin. Il permet ainsi au duo Brugeas-Toulhoat de surprendre le lecteur avec un nouvel univers, tout en lui expliquant la grande histoire par le biais de la petite.

Dans une Sicile aux mains d'un émir arabe, dans un Moyen Âge aux frontières très perméables, Brugeas et Toulhoat font de Tancrède un héros à la double personnalité, libre de voyager dans les interstices de l'histoire officielle, accompagné d'Étienne, ce moine dont le rôle n'est pas clair. Ce dernier finira l'album tout nu dans une cage. Mais Tancrède ne s'en débarrassera pas. «Craint-il la colère de Dieu comme le suggère le titre "Ira Dei". Réponse en octobre dans le tome 2», dit le scénariste, tout en reconnaissant qu'il a des idées pour au moins trois diptyques de cette saga, avec à chaque fois un lieu différent à faire visiter.

• «Ira Dei T. 1 - L'Or des Caïds». Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat. Dargaud.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.