Exposition en Allemagne

15 septembre 2021 14:42; Act: 15.09.2021 17:26 Print

Claudia Schiffer: «Les années 90, c'était le no limit»

Le top allemand est le commissaire d'une exposition consacrée à la photographie de mode des nineties. La décennie où tous les créateurs se l'arrachaient.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

À 51 ans, Claudi Schiffer reste une icône de la mode. Une pionnière avec Cindy Crawford, Naomi Campbell ou encore Linda Evangelista. Un «clan qui a révolutionné la planète mode et qui continue de fasciner» écrit le magazine Vogue. Le mannequin allemand a fouillé dans ses archives photos des années 90 et a monté une exposition, «Captivate! Fashion Photography from the 1990s» qui ouvre ses portes ce mercredi au Kunstpalast de Düsseldorf. La ville où elle a été découverte en 1987.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Claudia Schiffer (@claudiaschiffer)

Claudia Schiffer photographiée par Ellen von Unwerth pour la campagne Guess de 1990.

Helena Christensen, Claudia Schiffer, Stephanie Seymour, Christy Turlington et Naomi Campbell photographiées par Herb Ritts en 1993 pour le Vogue US.

«Les nineties étaient une période extraordinaire qui a vu éclore une culture du style, l'ère des supermodels et une créativité sans limite», explique-t-elle au magazine. «Des jeunes créateurs, photographes, stylistes et directeurs artistiques, mais aussi des coiffeurs et maquilleurs ont émergé et ont changé en profondeur la manière dont on voit la mode et le design (...) Il y avait davantage de liberté dans la manière de s'exprimer. C'était le no limit».

Se replonger dans les années 90 «permet de comprendre d'où viennent certaines tendances de la nouvelle génération: les jeans Levi's vintage et débardeurs, les slipdress, les Birkenstock, mais aussi l'envie de dénicher l'équivalent de nos vieux vinyles ou de nos Polaroid». Son plus tendre souvenir? Un shooting photo avec la photographe allemande Ellen von Unwerth à Paris alors qu'elle n'a que 17 ans. «C'était nos débuts à toutes les deux et on étaient surexcitées. Au final, on faisait les imbéciles près du Centre Pompidou et je portais mes propres vêtements», raconte-t-elle.

Ces photos ont finalement été choisies pour la campagne Guess Jeans. «Ma carrière était lancée». Elle devient l'égérie du nouveau parfum de Guess, fait une grande tournée de dédicaces aux États-Unis avant de retrouver son appartement à New York. «Un matin, les yeux encore endormis et les cheveux ébouriffés, j'étais dans l’ascenseur lorsque qu'une personne est entrée et m'a demandé: "Êtes-vous la fille Guess?". J'ai alors compris que ma vie avait changé pour toujours».

Si elle ne devait retenir qu'une seule tenue portée à cette époque, ce serait «une robe bleu azur que j'avais portée au défilé haute couture de la collection Versace automne-hiver 1994/1995».

Mais le vrai style des années 90, «c'était de porter une veste Chanel avec un jean Levi's vintage, ou des robes tube Alaïa avec des sneakers montantes par exemple. Il y avait aussi un certain attrait pour le minimalisme. La slipdress incarnait parfaitement cela. C'est d'ailleurs ce que je préférais porter, avec une paire de Converse».

(mc/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • georgette le 15.09.2021 19:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elles étaient magnifiques. Rien à voir avec les Cardi B, Kim Kardashian etc…d’aujourd’hui.

  • Cest la crise sur le gateau le 15.09.2021 19:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elles étaient autrement plus belles que celles d'aujourd'hui !

  • lea le 15.09.2021 20:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elles étaient belles chics à l’époque on pouvait s’exprimer. Suis heureuse d’avoir connu ces années j’ai goûté à la liberté et je me rend compte que aujourd’hui beaucoup de libertés ont été rabotées.

Les derniers commentaires

  • Mimivergetures le 16.09.2021 11:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Beaucoup moins vulgaires et dénudées...la gŕande classe et elles sont toujours aussi belles...ça fait un peu rêver...merci à elles ;-)

  • laissez déjà les matchs se dérouler... le 16.09.2021 09:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C Bruni n a rien a lui envier..sauf de ne pas être Allemande peut-être...non?

    • Oui mais le 16.09.2021 12:54 Report dénoncer ce commentaire

      Elle est surtout de la même génération que Claudia et les autres ...

  • luis le 16.09.2021 09:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La classe la vrai.

  • Fred le 16.09.2021 08:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @lea, je vous rejoins époque fantastique, liberté, innocence, rêve bref j’ai connus ces années malheureusement pas suffisamment. Tout sa a bien changer de nos jours, triste.

    • Sandro le 16.09.2021 10:28 Report dénoncer ce commentaire

      Liberté oui, mais avec du bon sens. Nous pourrions être aussi libres de nos jours, mais malheureusement, le manque de bon sens oblige les politiciens de nous mettre les "menottes". Regardez uniquement ce qui se passe sur nos routes: téléphone au volant, absence de clignotant, blocage des carrefours, ornage et rouge ne semblent pas exister, .............. le reflet de la société au 21ième siècle.

    • Pierre g le 16.09.2021 18:27 Report dénoncer ce commentaire

      à l'epoque c'etait pire et sa marchait bien (a part le gsm qui est une plaie)

  • POUmPOUm le 16.09.2021 08:04 Report dénoncer ce commentaire

    C'était avant l'arrivée du néoféminisme de détestation.