Tendances coiffures

17 septembre 2020 10:00; Act: 17.09.2020 10:15 Print

Long chez les garçons, plus court chez les filles

LUXEMBOURG - Le look de la rentrée ne s'improvise pas. Pour frapper fort, chacun a son idée et notamment en matière de coupe de cheveux. Petit tour d'horizon.

storybild

(photo: Pixabay)

Sur ce sujet
Une faute?

Pousser la porte d'un salon de coiffure n'est jamais anodin. Et surtout pas à quelques jours de la rentrée. Pour soigner son look, c'est un passage évidemment obligé pour les enfants et les adolescents. Et en 2020, il semblerait que la tendance soit au long pour les garçons, au plus court pour les filles. Le raccourci est un peu facile mais c'est l'idée à en croire les professionnels. «Finis les cheveux longs, les tresses et la frange chez les filles», estime une coiffeuse d'un salon rue de l'Alzette, à Esch-sur-Alzette. Pour elles, place au carré. «J'ai coupé toute la longueur d'une petite fille qui avait les cheveux jusqu'en bas du dos», glisse la coiffeuse presque impressionnée.

Et les garçons, donc, laissent en revanche pousser les mèches. «Ils veulent un dégradé sur les côtés en laissant la longueur sur le dessus». Et dans le salon de coiffure, on confie même que les ados sont de plus en plus friands de... permanentes! Toujours est-il que la mode a de beaux jours devant elle. D'un jeune à l'autre, garçon ou fille, on retrouve souvent la même idée. «Ils s'inspirent des stars, évidemment, mais aussi de la téléréalité, des influenceurs sur les réseaux sociaux...», explique une autre coiffeuse.

Beaucoup, «surtout les garçons», arrivent au salon avec une photo. Une tendance qui n'est pas nouvelle mais qui s'accentue. C'est terminé l'ado désinvolte qui s’assoit et fait une confiance aveugle au coiffeur. «Non, non, aujourd'hui ils savent très bien ce qu'ils veulent!».

(nc/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.