Tendance mode

04 mai 2017 13:01; Act: 04.05.2017 15:48 Print

Les pantashoes nous bottent moyennement

Deux ovnis mode ont été repérés sur Instagram, tous deux signés Balenciaga: les pantashoes, hybride chaussure-pantalon, et les cuissardes-chaussettes. Verdict: effet bof.

storybild

Un look qui fonctionne pour une photo Instagram mais pas au top pour la vraie vie. (photo: Instagram Lily Alridge)

Sur ce sujet

Une seule question: Pourquoi? Ces dernières semaines, on retrouve les chaussures phare du défilé Balenciaga aux pieds de (trop de) stars et it-girls. On en a même repéré plusieurs paires sur le tapis rouge du gala du MET (coucou, Salma Hayek et Lily Alridge). Avant elles, la it-girl Gilda Ambrosio les avait elle aussi adoptées.

Il y a deux camps: celles qui préfèrent la version pantalon, et celles qui préfèrent la version cuissarde. Quelle qu'en soit la version, quand on les a vues lors du défilé Printemps-Été de la marque française, on les a tout de suite repérées et rangées dans la catégorie «danger imminent». Les pantashoes risquaient de faire le buzz et peupler nos réseaux sociaux, alors qu'il faut l'avouer: elles sont marrantes, certes, mais elles sont bien laides. Et bien voilà, on avait raison de se méfier.

AFTER PARTY

Une publication partagée par Lily Aldridge (@lilyaldridge) le


Ces bottes improbables, c'est à l'excentrique Demna Gvasalia, directeur artistique de Balenciaga depuis 2015, qu'on les doit.
Comme tous les hybrides, ces pantashoes soulèvent de nombreuses questions: doit-on porter des collants en dessous? Comment ne pas transpirer comme un viking dedans? Combien peuvent-elles coûter? Réponse: environ 2500 euros pour la version pantalon. Puisque ce qui foule le tapis rouge du gala du MET sera copié et repris partout, on risque de les voir cet été. Vous voilà prévenu!

VIOLET

Une publication partagée par Demna gvasalia (@kingdemna) le



(L'essentiel/Célia Héron)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.