Le temps d'une collection

02 mars 2018 14:09; Act: 02.03.2018 14:37 Print

Lacoste supprime son célèbre crocodile

Lémuriens et autres espèces menacées se sont invités mercredi dans le vestiaire de Lacoste, à côté de l'emblématique crocodile.

storybild

Lacoste supprime son crocodile le temps d'une collection.

Sur ce sujet
Une faute?

Pour son deuxième défilé chez Lanvin, Olivier Lapidus a fait contraster le noir avec des couleurs vives. Quelques points forts des défilés parisiens. Sur dix polos de la marque, le crocodile cède sa place à des espèces en voie de disparition (des lémuriens aux tigres de Sumatra en passant par des singes gibbons). Un clin d’œil pour alerter sur le sort de ces animaux, a expliqué le directeur artistique Felipe Oliveira Baptista à l'AFP. "Mais je l'utilise avec respect. Je n'en mets pas partout", dit celui qui a dessiné une collection inspirée des tenues de la haute société britannique à la campagne et plus particulièrement de Lady Di. Bottes en caoutchouc ou fourrées, capes, ponchos, robes en laine oversize composent cette silhouette, souvent accompagnée de bobs et de capuches, faite pour braver la pluie et gambader dans la lande.

Esprit british oblige, les carreaux sont très présents tandis que les couleurs restent nature, mêlant le brun, le vert sapin, le kaki et l'ocre à du bleu marine ou des teintes pastel. Chez Dries Van Noten, roi des imprimés et des couleurs, les motifs s'inspirent du plumage du paon. Fleurs et feuillages luxuriants sont dessinés à la main, au stylo et à l'encre, sur les vêtements. Les femmes qui défilent dans les salons de l'hôtel de ville de Paris sont chaussées de bottes aux talons incurvés, également imprimées. Elles sont parées de plumes et portent des manches bouillonnées. Le sportswear vient apporter une touche plus cool, avec des pantalons de survêtements, des vestes de jogging et des parkas. Après le noir de sa première collection, Olivier Lapidus, nommé en juillet pour remplacer Bouchra Jarrar, a misé sur les couleurs vives pour habiller une femme élégante avec une touche sportswear.

La lumière LED utilisée

"Je suis allé chercher dans le passé de Lanvin des choses qu'on peut twister. J'ai eu envie de créer des tenues entre sport et soir", a expliqué le directeur artistique, qui a la tâche de sortir la maison, tout juste rachetée par le conglomérat chinois Fosun, d'une mauvaise passe financière. Jaune profond, orange vif et bleu Klein sont déclinés sur des silhouettes fluides à l'élégance classique (robes fourreau, jupes plissées/sous-pulls, pantalons à pince), soit en "color block", soit en touche de couleur sur des tenues plus sombres ou en dégradé, grâce au travail avec l'artiste Krista Kim. "Je me suis demandé de quel artiste serait proche aujourd'hui la maison Lanvin ? La réponse a été de collaborer avec Krista", souligne Olivier Lapidus. Inconnue du grand public, l'artiste canadienne, installée à New York, a inventé en 2014 le "technism", un mouvement utilisant la lumière LED et la technologie comme support, se matérialisant sous forme de dégradés sur les tenues de Lapidus.

Chez Maison Margiela, la femme se protège des éléments en s'emmitouflant dans un manteau-couette, une veste-couverture de survie, un pardessus en plastique transparent. Sur la tête, des cagoules, des casques et des chapeaux de pluie viennent compléter cette silhouette-armure. Après avoir rendu hommage à Mireille Darc et sa fameuse robe dévoilant sa chute de reins, le directeur artistique Richard René a décidé de célébrer Guy Laroche, le collectionneur d'art, pour son deuxième défilé. Le fondateur de la griffe possédait en effet de nombreuses pièces d'"art brut". Coupes rectangulaires, lignes épurées, dos nu, caleçons de cavalier et manches souvent évasées, le tout dans des matières nobles: l'art brut se ressent dans le minimalisme des tenues présentées. Quant aux teintes, on retrouve le noir, le blanc, le violet, le doré et l'effet métallisé déjà présents au défilé Koché de mardi, mais aussi du bleu roi.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • le sage le 04.03.2018 07:59 Report dénoncer ce commentaire

    Si l'idée peut paraître bonne, cela ressemble fortement à du Greenwashing car cette marque n'a pas versé un euro et fait du buzz sans grand frais. Au contraire, le client paie le polo plus fait un don !

  • ladeux le 03.03.2018 19:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est dégeulasse. Le crocodile est pas en voie d'extinction et ici c'est juste du marketing pour vendre encore plus cher des vêtements fabriqués au même endroit que ceux pour h/m et compagnie... Le Bangladesh

  • Vincent le 03.03.2018 13:37 Report dénoncer ce commentaire

    Interdir dans les 4x4 ces polos

Les derniers commentaires

  • Aquavelva le 04.03.2018 18:11 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai encore un polo Lacoste de 1990 (blanc). J'en ai toujours pris soin. Je vous assure que la qualité de l'époque était autre que celle d'aujourd'hui.

  • Luxo le 04.03.2018 13:20 Report dénoncer ce commentaire

    C'est une bonne initiative que m'évitera la fastidieuse tâche de découdre le crocodile sur les polos que j'achète. Il serait même préférable qu'aucun logo, marque ou signes distinctifs ne soit visible sur les vêtements vendus aux consommateurs.

  • le sage le 04.03.2018 07:59 Report dénoncer ce commentaire

    Si l'idée peut paraître bonne, cela ressemble fortement à du Greenwashing car cette marque n'a pas versé un euro et fait du buzz sans grand frais. Au contraire, le client paie le polo plus fait un don !

  • ladeux le 03.03.2018 19:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est dégeulasse. Le crocodile est pas en voie d'extinction et ici c'est juste du marketing pour vendre encore plus cher des vêtements fabriqués au même endroit que ceux pour h/m et compagnie... Le Bangladesh

  • Vincent le 03.03.2018 13:37 Report dénoncer ce commentaire

    Interdir dans les 4x4 ces polos