En Arctique

29 juillet 2019 13:50; Act: 29.07.2019 14:29 Print

200 rennes morts de faim à cause du climat

Le réchauffement climatique continue de faire des dégâts en Arctique. 200 rennes ont été découverts morts de faim.

storybild

Ces rennes sont morts de faim au cours de l'hiver passé. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Quelque 200 rennes ont été découverts morts de faim sur l'archipel norvégien du Svalbard, dans l'Arctique. Ce nombre inhabituellement élevé d'animaux morts s'explique par les changements climatiques dans la région, a indiqué lundi, l'Institut polaire norvégien.

Au cours de leur cartographie annuelle de la population de rennes sauvages sur ce groupe d'îles, situées à quelque 1  200 km du pôle Nord, trois chercheurs de l'Institut polaire ont recensé cet été quelque 200 cadavres de cervidés. Ils sont morts de faim au cours de l'hiver passé. Cheffe du projet de recensement, Åshild Ønvik Pedersen voit dans ce «très haut degré de mortalité» une conséquence du réchauffement climatique. Celui-ci est deux fois plus rapide dans l'Arctique que dans le reste du monde, selon les climatologues.

Mauvaises conditions pour pâturer

«Le changement climatique fait qu'il pleut beaucoup plus. La pluie tombe sur la neige et forme une couche de glace sur la toundra. Cela fait que les conditions de pâture pour les animaux sont très mauvaises», a-t-elle expliqué à l'AFP.

Les rennes se nourrissent généralement de lichen qu'ils dénichent l'hiver à travers la neige grâce à leurs sabots. Les alternances de gel et de redoux peuvent cependant former une ou plusieurs couches de glace impénétrables qui les privent de nourriture.

Selon Mme Ønvik Pedersen, un degré comparable de mortalité n'a été enregistré qu'une fois, à l'issue de l'hiver 2007/2008, depuis que la population des rennes du Svalbard a commencé à faire l'objet d'un suivi il y a 40 ans. Cette mortalité élevée est aussi due à une nette augmentation sur l'archipel norvégien du nombre de rennes qui entrent ainsi en compétition pour les mêmes zones de pâture, a précisé la chercheuse.

Selon l'Institut polaire norvégien, le nombre de rennes au Svalbard, territoire grand comme deux fois la Belgique, a doublé depuis les années 1980. Il atteint aujourd'hui environ 22 000 têtes.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Darwin le 29.07.2019 14:40 Report dénoncer ce commentaire

    seules les espèces capables de s'adapter survivent

  • Adaptation le 29.07.2019 14:37 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut s'adapter il n'y a pas le choix ! Il faut casser la glace !

  • No comment le 29.07.2019 21:13 Report dénoncer ce commentaire

    Eh non, Darwin, Adaptation. Ce qui peut sauver les rennes, c'est la diversité. Seuls les poneys + chèvres + moutons adaptés au froid peuvent casser la glace de leur sabots, ce qui permettrait aux rennes, sans sabots, de s'alimenter. Il faut reconstituer l'écosystème des pâturages arctiques tels qu'ils étaient avant d'être détruits par l'homme préhistorique.

Les derniers commentaires

  • jdw le 29.07.2019 21:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Y a pas de problème de réchauffement Climatique dura la faute de l'homme. La Nature décide. Tous ces chercheurs soi-disant qui vive bien au compte de ce problème qui n'est pas un Problème doivent bien raconter des histoires pour continuer à être Renumerer. Y a la Nature et elle s'en fous de cela. Nous l'humanité n'avons rien à décider. Et même si c'était le cas. Que faire. Y a pas de Solutions au Problème. Ce qui est bien c'est que Nous les SuperInteligents et toute l'humanité au Future allons disparaître et que la Terre continue continuera à tourner. Dans 1000 ou 2000 ou trois milles Ans tous recommencera à nouveau.

  • No comment le 29.07.2019 21:13 Report dénoncer ce commentaire

    Eh non, Darwin, Adaptation. Ce qui peut sauver les rennes, c'est la diversité. Seuls les poneys + chèvres + moutons adaptés au froid peuvent casser la glace de leur sabots, ce qui permettrait aux rennes, sans sabots, de s'alimenter. Il faut reconstituer l'écosystème des pâturages arctiques tels qu'ils étaient avant d'être détruits par l'homme préhistorique.

  • Ressemblance le 29.07.2019 15:19 Report dénoncer ce commentaire

    Problème pour trouver de la nourriture mais reproduction en hausse et donc encore plus compliqué de nourrir tout le monde au final. Ca me fait penser à un continent qui fait la même chose.

  • Darwin le 29.07.2019 14:40 Report dénoncer ce commentaire

    seules les espèces capables de s'adapter survivent

    • Idiocracy le 29.07.2019 19:50 Report dénoncer ce commentaire

      Nous ne seront pas capable pour info. Il y a des espèces faites pour ça et l homme n en fait clairement pas parti

  • Adaptation le 29.07.2019 14:37 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut s'adapter il n'y a pas le choix ! Il faut casser la glace !