Espace

27 juillet 2021 07:27; Act: 27.07.2021 12:15 Print

Ils vont tenter de détecter des technologies aliens

Le «Projet Galilée» prévoit la mise en place d’un réseau mondial de télescopes, de caméras, d’appareils photos et d’ordinateurs pour enquêter sur les ovnis.

storybild

Le professeur Avi Loeb, en 2016 à New York. (photo: Getty Images via AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Une équipe internationale de chercheurs menée par un astronome de l’université américaine Harvard a annoncé lundi une nouvelle initiative visant à rechercher des preuves de technologies extra-terrestres. Cette initiative, intitulée «Projet Galilée» et qui prévoit la mise en place d’un réseau mondial de télescopes de taille moyenne, de caméras, d’appareils photos et d’ordinateurs pour enquêter sur les objets volants non-identifiés (ovnis), a déjà reçu 1,75 million de dollars de financements privés.

Vu les recherches récentes montrant l’existence dans notre galaxie de nombreuses planètes similaires à la Terre, «nous ne pouvons plus ignorer la possibilité que des civilisations technologiques ont existé avant la nôtre», a déclaré le professeur Avi Loeb au cours d’une conférence de presse.

«L’impact que toute découverte de technologie extraterrestre pourrait avoir sur la science, notre technologie et notre conception du monde dans son ensemble, serait énorme», a-t-il ajouté dans un communiqué. Le projet inclut des chercheurs des universités américaines Harvard, Princeton et Caltech, ainsi que de Cambridge, au Royaume-Uni, et de l’université de Stockholm.

Nouvelle branche de l’astronomie

Cette annonce intervient un mois après la publication par le Pentagone d’un rapport sur les ovnis, qui a conclu que des dizaines de phénomènes aériens constatés par des pilotes militaires ne pouvaient pas être expliqués. «Ce ne sont pas les hommes politiques ou les militaires qui doivent interpréter ce que nous voyons dans le ciel, parce que ce ne sont pas des scientifiques. C’est à la communauté scientifique de comprendre», a estimé le professeur Loeb, qui espère multiplier par dix le financement de son projet.

Outre les ovnis, le Projet Galilée vise à étudier les objets interstellaires qui traversent notre système solaire, et rechercher d’éventuels satellites extraterrestres qui observeraient la Terre. Avi Loeb y voit une nouvelle branche de l’astronomie, baptisée «archéologie de l’espace», complémentaire du projet SETI de recherche d’intelligence extraterrestre, lequel cherche à déceler des signaux radio d’origine extraterrestre.

Ne pas écarter des idées par avance

Ce chercheur israélo-américain de 59 ans, qui a publié des centaines de rapports innovants et collaboré avec le défunt Stephen Hawking, est l’auteur d’un article scientifique controversé qui suggérait qu’un objet interstellaire ayant brièvement traversé notre système en 2017 aurait pu être une sonde extraterrestre à propulsion solaire. Le nouveau projet porte le nom de l’astronome italien Galileo Galilei, puni au 17e siècle pour avoir démontré que la Terre ne se trouvait pas au centre de l’univers.

Le cofondateur du projet, Frank Laukien, un chercheur de la faculté de chimie et biologie de Harvard, s’est présenté comme le «sceptique de service». Mais plutôt que d’écarter des idées par avance, il faut «enregistrer et interpréter les données en toute indépendance, selon les méthodes scientifiques», a-t-il noté.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Francky le 27.07.2021 08:21 Report dénoncer ce commentaire

    Biensur qu'il y a de vie extra terrestre, et surrement même des civilisations plus avancées que nous , mais l'univers est tellement vaste.

  • Madame Soleil le 27.07.2021 08:08 Report dénoncer ce commentaire

    La perspective d'être seul dans l'univers et celle de ne pas l'être, sont toutes aussi effrayantes!

  • Stupid Negationists Everywhere le 27.07.2021 09:29 Report dénoncer ce commentaire

    peine perdue, personne ne voudra entrer en contact avec nous

Les derniers commentaires

  • L' eau. le 28.07.2021 13:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D abord savoir d où vous venez et pourquoi il y a de la vie sur terre,savoir un jour qui vous êtes alors la vie n aura plus de secret.

  • L' eau. le 28.07.2021 13:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nous sommes les seuls dans l univers, au fin fond de l univers la température est environ de 1200000 degrés, l étoile la plus proche 8 années lumières. Dépenser de l argent ou créer des emplois genres climatologues ça aussi qui n existe pas.Il y a assez a faire sur la planète.

  • Appel lancé le 28.07.2021 13:10 Report dénoncer ce commentaire

    Aliens, vous qui nous observez depuis l'espace, vous ne nous faites plus peur! Avez-vous bien vu notre grande muraille de Chine et bien compris de quoi l'espèce humaine est capable? A présent, fini la rigolade, nos plus grands scientifique vont aussi vous espionner, alors tenez-vous à carreau!

  • Johnathan le 28.07.2021 12:36 Report dénoncer ce commentaire

    Nous pauvres terriens imaginons toujours les aliens à notre image, mais plus avancés. Et s'ils ressemblaient plus à des mousses ou des lychens en version super-évoluée, comment pourrait-on bien reconnaître leurs technologies et à quoi elles peuvent bien servir ?

  • Ngolo le 28.07.2021 12:22 Report dénoncer ce commentaire

    J'espère seulement que s'il y a des extraterrestres et qu'ils sont intellectuellement supérieurs à nous ils ne nous traiteront pas comme nous traitons les animaux...