Cancer du sein

23 octobre 2020 17:21; Act: 23.10.2020 17:38 Print

«J'avais une bosse qui restait dans ma poitrine»

Pour soutenir octobre rose, Rihanna donne la parole à trois survivantes du cancer du sein dans sa dernière campagne.

storybild

(photo: Fenty x Savage)

Sur ce sujet
Une faute?

Cayatanita, Ericka et Nykia sont trois Afro-Américaines, à qui on a diagnostiqué une forme agressive de cancer du sein. Ces trois femmes ont aussi en commun d’avoir été confrontées à des difficultés avec leur assurance maladie pour couvrir leurs soins médicaux, en raison de leur âge et de leur couleur de peau. Elles sont les visages de la dernière campagne Savage x Fenty de Rihanna.

Le compte Instagram de la marque de sous-vêtements a dévoilé des vidéos retraçant le parcours de chacune. En les encourageant à raconter leur histoire, Rihanna espère faire prendre conscience des obstacles auxquels les femmes noires sont confrontées lorsqu’il s’agit d’accéder à des soins de santé et à un soutien adéquat.

Nykia a appris son diagnostic alors qu’elle n’était âgée que de 25 ans et les médecins ont malheureusement mis du temps à la prendre au sérieux. «J’ai senti une bosse dans ma poitrine en juin 2019. Je savais que quelque chose n’allait pas donc je suis allée consulter un docteur. L’accueil que j’ai reçu a été déplorable. Le médecin m’a assuré que la bosse partirait avec des antibiotiques, mais ça n’a pas été le cas. J’ai donc décidé d’avoir un second avis de médecin et on m’a dit la même chose. Au mois de mars, ma poitrine avait grossi et je savais que ce n’était pas normal. Je n’ai jamais eu de vrai diagnostic, jusqu’à ce que j’aille voir un troisième médecin», confie la jeune femme, âgée aujourd’hui de 26 ans.

Cayatanita, 34 ans, a été diagnostiquée en 2018 d’un cancer triple négatif. Il représente 20% des cancers du sein et touche majoritairement les femmes de moins de 40 ans. Elle a ouvert un blog sur Facebook pour partager son expérience. Elle y raconte comment les médecins sont passés à côté du diagnostic durant de longs mois: «J’avais l’impression que, malgré mes visites auprès «d’experts», personne ne se préoccupait de moi, alors je suis retournée à ma petite vie, en évitant les médecins, en ignorant les signes avant-coureurs et en faisant taire cette petite voix dans ma tête qui me disait que quelque chose n’allait pas». Dans la vidéo Fenty x Savage (ci-dessous), elle déplore le manque d’informations sur le sujet: «Certaines personnes n’ont pas accès aux soins et ne sont pas assez soutenues».

Voir cette publication sur Instagram

I could have never image in my wildest dreams me a Cardiovascular and Breast Cancer Thriver still here and apart of something So Beautiful. Feeling So Overjoyed right now and Happy to know I am apart of something that will truly going to help others who are in need through The Clara Lionel Foundation Founded By @badgalriri This is not your Typical Pink Breast Cancer Campaign this campaign was brought to you all to Amplify Melanin Voices and to bring Awareness around Breast Cancer. I am truly fortunate to have been able to be apart of This campaign with these beautiful ladies @nykiabreon @ihartericka from different walks of life and experience in their journeys, but to also to not forget I will forever hold in my heart the time I was in The Savage X Fenty Show. If you haven't had an opportunity to view it or do some shopping you can locate it on @amazonprimevideo and shop at @savagexfenty @amazonfashion Once again I would like to Thank @badgalriri @jennnrosales @stephanie_seban and The Savage Fenty Team for making all of this possible for us. Y”alls professionalism, energy and support has been so amazing! The Best Cheerleaders A Girl Can Have. : DMarcia BCA Campaign : @joniwalterphotography Forever in My Heart, #cayatanita Clara Lionel Foundation Goal @claralionelfdn With every BCA style purchased, a portion of the net proceeds will be donated to the Clara Lionel Foundation (CLF) to fund critical research and support members of the Black Community who have been diagnosed with breast cancer, an underrepresented group within the health care system. * grants directly support BIPOC women who are breast cancer survivors or have been diagnosed with breast cancer with up to $500 for medical treatment, alternative care, rent, utilities, groceries, or business support. * This year METAvivor committed to creating programming specially targeted to metastatic Black women and men, seek funding to provide educational conferences for metastatic Black women and men, and fund research that addresses racial disparities in metastatic breast cancer medical treatment. . . . .Peace,Love and Plenty of Coconut Oil #amplifymelaninvoices #Thriving #BreastCancer

Une publication partagée par Cayatanita (@_cayatanita) le

Pour Ericka, qui a découvert à 28 ans qu’elle avait un cancer du sein bilatéral (deux types de cancer dans son corps), le processus lui a fait voir les choses différemment. «Votre corps n’a rien fait de mal. Il est important que vous appréciez le corps dans lequel vous êtes pour vous amener là où vous voulez aller», dit-elle en s’adressant aux autres personnes qui ont vécu un parcours similaire.

Mise en vente jusqu’en novembre, la collection doit permettre de reverser 250 000 dollars à la Fondation Clara Lionel, créée par Rihanna, et qui s’efforce de soutenir les membres de la communauté noire, chez qui un cancer du sein a été diagnostiqué.

(L'essentiel/Marie-Adèle Copin)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pas content le 23.10.2020 18:18 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis un homme, j'ai eu un cancer, tout va bien j'ai été opéré. A part une sacrée cicatrice, 2 plus discrètes, et les contrôles réguliers pour moi la vie n'a pas changé. Pourquoi je vous dis cela? Pour montrer qu'on a pas tous le besoin de se montrer dénudé après la maladie, que le cancer touche plus d'hommes que de femmes, que l'information joue sur la sensiblerie mais n'est pas la réalité. Maintenant quoi penser d'une association qui est réservée aux noirs (la dernière phrase de l'article est claire)? N'est-ce pas illégal d'ailleurs? On parle de CANCER, c'est sérieux, certains en meurent!

Les derniers commentaires

  • Pas content le 23.10.2020 18:18 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis un homme, j'ai eu un cancer, tout va bien j'ai été opéré. A part une sacrée cicatrice, 2 plus discrètes, et les contrôles réguliers pour moi la vie n'a pas changé. Pourquoi je vous dis cela? Pour montrer qu'on a pas tous le besoin de se montrer dénudé après la maladie, que le cancer touche plus d'hommes que de femmes, que l'information joue sur la sensiblerie mais n'est pas la réalité. Maintenant quoi penser d'une association qui est réservée aux noirs (la dernière phrase de l'article est claire)? N'est-ce pas illégal d'ailleurs? On parle de CANCER, c'est sérieux, certains en meurent!