Santé

17 janvier 2020 07:48; Act: 17.01.2020 10:38 Print

La septicémie est liée à un décès sur cinq

La septicémie survient lorsque les organes d'une personne cessent de fonctionner correctement, suite à une infection grave.

storybild

Dans les pays riches, la plupart de ces décès surviennent chez des patients atteints d'une maladie exposant aux infections, par exemple à l'hôpital. (photo: Pexels/Illustratiion)

Sur ce sujet
Une faute?

La septicémie, ou sepsis, une infection très grave avec défaillance d'organes, est associée à un décès sur cinq dans le monde, soit deux fois plus qu'on ne le croyait auparavant. Telle est la conclusion d'une étude publiée jeudi dans la revue médicale The Lancet.

L'infection des voies respiratoires basses (bronchites, bronchiolite, grippe, pneumonie...) est la cause sous-jacente la plus courante de ces décès, selon les chercheurs. L'analyse estime à 48,9 millions de cas de sepsis dans le monde en 2017 et à 11 millions le nombre de décès, soit un décès sur cinq dans le monde. Plus de 40% de tous les nouveaux cas surviennent dans la petite enfance, chez les moins de cinq ans.

Le sepsis (terme médical proche de celui plus ancien de septicémie qui désigne une infection généralisée du sang) survient lorsque les organes d'une personne cessent de fonctionner correctement en raison d'une réponse inflammatoire excessive à une infection grave. Quand ce dysfonctionnement potentiellement mortel ne tue pas ses victimes, il peut créer des incapacités à vie.

«Vingt décès par minute»

La grande majorité des cas - 85% en 2017 - sont survenus dans des pays à revenus faibles ou moyens, et en premier lieu en Afrique subsaharienne, dans les îles du Pacifique Sud près de l'Australie et dans l'Asie du Sud, de l'Est et du Sud-Est.

«Le nombre annuel de cas de septicémie au cours des deux dernières décennies a diminué de plus de 50% dans le monde. Pourtant, le sepsis contribue encore à près de 20% de tous les décès chaque année dans le monde, soit plus de 20 décès par minute», notent dans un commentaire dans la revue, deux spécialistes américains Jordan Kempker et Greg Martins. Les chercheurs s'alarment du nombre de décès «beaucoup plus élevé que ce qui avait été estimé précédemment, d'autant plus que cette maladie est à la fois évitable et traitable», relève l'auteur principal de l'étude, le Dr Mohsen Naghavi de l'Institut de métrologie et d'évaluation de la santé (IHME, Université de Washington).

Infection respiratoire

En 2017, 33,1 millions des nouveaux cas, soit deux cas sur trois, sont survenus chez des patients atteints d'une maladie infectieuse sous-jacente, la plus courante étant l'infection respiratoire. Les 15,8 millions restants sont survenus chez des personnes souffrant de blessures (notamment des accidents de la route) ou de maladies non transmissibles sous-jacentes favorisant l'infection (cancers, diabète, affaiblissement immunitaire...).

Dans les pays à faibles revenus, la majorité des décès liés au sepsis étaient directement dus à une infection, tandis que dans les pays riches la plupart de ces décès survenaient chez des patients atteints d'une maladie exposant aux infections. Aux États-Unis, le sepsis est la cause la plus fréquente de décès en milieu hospitalier, et coûte plus de 24 milliards de dollars par an, rappellent les auteurs, en plaidant pour la prévention des infections, dont celles contractées lors de soins.

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Dominic Ruano le 17.01.2020 09:46 Report dénoncer ce commentaire

    L'une des raisons pour lesquelles je fuis l'hopital du Kirchberg.

Les derniers commentaires

  • Dominic Ruano le 17.01.2020 09:46 Report dénoncer ce commentaire

    L'une des raisons pour lesquelles je fuis l'hopital du Kirchberg.