Réchauffement climatique

06 août 2021 21:49; Act: 07.08.2021 19:07 Print

Le Gulf Stream pourrait bientôt disparaître

Les scientifiques s’inquiètent des signes avant-coureurs qu’ils ont identifiés et préviennent que cela aurait des conséquences dévastatrices sur le monde entier.

storybild

Photo d’illustration. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Gulf Stream est l'un des principaux points de basculement potentiels de la planète. Ce courant océanique qui prend sa source près de la Floride et se dilue dans l’océan Atlantique est un véritable régulateur climatique et s’il devait s’effondrer, cela aurait des impacts mondiaux dévastateurs. Or, annonce «The Guardian» ce jeudi en s’appuyant sur une recherche scientifique récente, des signes avant-coureurs de son effondrement auraient été détectés.

Au point le plus lent depuis 1600 ans

Cela fait plusieurs décennies que les scientifiques examinent l’AMOC (le système de courants océaniques qui comprend le Gulf Stream) et ils avaient déjà pu en déduire que les courants étaient à leur point le plus lent depuis au moins 1600 ans. L’AMOC transporte l'eau chaude vers le nord, en direction du pôle nord. Là, elle se refroidit, devient plus dense et s'enfonce, avant de revenir vers le sud. Mais le réchauffement climatique entrave le refroidissement de l'eau, tandis que la fonte des glaces dans l'Arctique, notamment au Groenland, inonde la région d'eau douce moins dense, ce qui affaiblit le courant AMOC. Cependant, d’après les nouvelles analyses, le Gulf Stream pourrait tout simplement s’arrêter. Les chercheurs ont en effet constaté «une perte presque totale de stabilité au cours du siècle dernier».

Des conséquences catastrophiques dans le monde entier

Si le Gulf Stream devait en effet s’interrompre, il y aurait de lourdes conséquences. Cela perturberait gravement les pluies dont dépendent des milliards de personnes pour se nourrir en Inde, en Amérique du Sud et en Afrique de l'Ouest. Cela augmenterait les tempêtes et ferait baisser les températures en Europe. Le niveau de la mer au large de l’est de l’Amérique du Nord monterait. Et enfin, cela mettrait également en danger la forêt amazonienne et les calottes glaciaires de l'Antarctique.

«Effrayant, on ne peut tout simplement pas laisser cela se produire»

Il est impossible de prévoir la date d’un tel évènement avec les données actuelles et en raison de la complexité de la circulation océanique. Cela pourrait se produire dans 10 ans ou dans plusieurs siècles. Mais quoi qu’il en soit, étant donné l’impact que cela aurait, «c’est quelque chose que l’on ne peut tout simplement pas laisser se produire», a déclaré Niklas Boers, de l'Institut de recherche sur l'impact du climat de Potsdam (All), et qui a mené les recherches. Ce dernier a ajouté: «Les signes de déstabilisation déjà visibles sont quelque chose à quoi je ne me serais pas attendu et que je trouve effrayant».

Selon le scientifique, «La seule chose à faire est donc de maintenir les émissions au niveau le plus bas possible. La probabilité que cet événement aux conséquences extrêmement graves se produise augmente avec chaque gramme de CO₂ que nous rejetons dans l'atmosphère». Luke Caesar, de l’Université Maynooth en Irlande, n’a pas participé à la recherche mais, interrogé par «The Guardian», il a déclaré : «La méthode de l'étude ne peut pas nous donner un timing exact d'un éventuel effondrement, mais l'analyse présente des preuves que l’AMOC a déjà perdu sa stabilité, ce que je considère comme un avertissement que nous pourrions être plus proches d'un basculement de l’AMOC que nous le pensons.»

De nombreuses recherches alertent sur l’état de notre climat

Des recherches récentes, auxquelles avait pris par Niklas Boers, avaient déjà prévenu qu’une partie importante de la calotte glaciaire du Groenland était en train de fondre, ce qui pourrait entraîner une forte hausse du niveau des mers. D’autres études ont récemment démontré que la forêt amazonienne émet désormais plus de CO₂ qu’elle n’en absorbe. Et enfin, une recherche a mis en lumière les rejets inquiétants de méthane en Sibérie durant la canicule de 2020.

(L'essentiel/mat)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lapallisse le 07.08.2021 07:52 Report dénoncer ce commentaire

    La fin du Gulf Stream signifie tout simplement le début d'une nouvelle ère glaciaire dans notre émisphère puisque celle-ci ne sera plus réchauffée par ce courant d'eau chaude venant des mers du sud..... hé oui, une fois la clim cassée on va en chier

  • Sandro le 07.08.2021 12:24 Report dénoncer ce commentaire

    "On n epeut pas laisser produire ......"; mais qui va arrêter l'évolution actuelle ? L'Homme ? Certianement pas, l'Homme n'est pas assez intelligent pour être capable de sortir de ses habitudes.

  • Le golfeur le 07.08.2021 10:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A ceux qui en rigolent parce que bien trop heureux dans leurs petites vie confortables . Riez pour vous moi je pleur pour nos enfants. Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres nous l’ empruntons à nos enfants c’est tellement vrai mais ça fait un minimum de cerveau pour le comprendre

Les derniers commentaires

  • luxo le 09.08.2021 08:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On n’est pas foutu si on prolonge la vie des centrales nucléaires et si en on construit de nouvelles. Le renouvelable ne peut pas remplacer le charbon et le solaire ne permet pas de réduire les émissions de CO2.

  • luxo le 09.08.2021 08:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On n’a pas d’autres choix que de se déplacer à vélo pour nos trajets quotidiens comme pour nos vacances à vers les autres pays. Fini les vacances Luxe-air vers les destinations exotiques, sauf pour ceux qui retournent dans leurs familles. Fini luxe-lait car nos vaches émettent trop de méthane. Fini la charcuterie tout les soit et les hamburgers. Fini l’importation de légumes, nous devons les produire sur place. Ceux qui ne jardinent pas doivent prêter leurs pelouses et jardins à leurs voisins …

  • luxo le 09.08.2021 08:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La croissance sans fin du PIB n’est pas possible. Chaque luxembourgeois et particulièrement ceux qui ont un revenu élevés doivent accepter immédiatement de revoir à la baisse leurs niveaux de vie. Même les fonctionnaires et les diplômés doivent accepter de diviser par 4 ou plus leurs salaires, afin d’augmenter le revis et le salaire minimum. Les SUV de 100 000 € doivent être remplacer par des voitures de 500 kg qui consomment moins de 2 litre avec une vitesse plafonnée à 80 km/h.

  • LuxThill le 08.08.2021 21:43 Report dénoncer ce commentaire

    Les prochaines générations ne vivront pas assez longtemps pour voir ça.

  • Je suis à pieds le 08.08.2021 20:53 Report dénoncer ce commentaire

    Bon, alors Joyeux Noël avant l'heure. Bonne nuit, et vendez votre voiture.