Retard dans l'espace

10 novembre 2021 10:50; Act: 10.11.2021 11:19 Print

Les Américains sur la Lune en 2025 «au plus tôt»

Le retour d'humains sur la Lune dans le cadre du programme américain Artémis, dont la première femme, a été retardé de 2024 à 2025 «au plus tôt», a annoncé la Nasa.

storybild

La calendrier a été adapté. (photo: NASA)

Sur ce sujet
Une faute?

La date de 2024 avait été fixée par le gouvernement de Donald Trump mais était largement considérée comme étant quasi impossible à tenir. Ce retard était donc relativement attendu, mais c'est la première fois que la Nasa le reconnaît officiellement. L'agence spatiale américaine attendait notamment la résolution d'un litige judiciaire concernant le développement du futur alunisseur pour annoncer un nouveau calendrier.

«Nous avons perdu près de sept mois en contentieux, et cela a probablement repoussé le premier atterrissage d'humains à 2025 au plus tôt», a déclaré mardi, le patron de la Nasa, Bill Nelson, lors d'une conférence de presse. Mais «il y a d'autres raisons», a-t-il ajouté. La date de 2024 fixée par l'administration précédente n'était pas «techniquement faisable», a-t-il asséné. Il a également critiqué le manque de fonds attribués par le Congrès, ces dernières années, pour le développement de l'alunisseur.

Première mission en février 2022

Cette mission, qui doit emmener la première femme sur le sol lunaire, est nommée Artémis 3. Bill Nelson a par ailleurs annoncé que la mission Artémis 2, qui sera la première du programme avec des astronautes à bord mais qui n'atterrira pas sur la Lune, avait désormais «une date potentielle de décollage en mai 2024». Cette deuxième mission, qui était précédemment annoncée pour 2023, «ira plus loin que n'importe quel humain s'est jamais rendu. Probablement près de 65 000 km au-delà de la Lune, puis reviendra sur Terre», a dit le patron de la Nasa.

Artémis 1, la première mission test vers la Lune qui ne comportera, elle, pas d'astronaute à bord, est de son côté toujours prévue pour février 2022, comme annoncé récemment.

Des milliards de dollars

Toutes ces missions utiliseront la nouvelle fusée géante de la Nasa, nommée SLS, qui devra propulser vers la Lune la capsule Orion. Elle est actuellement entièrement assemblée au centre spatial Kennedy en Floride, en attendant le décollage. Le coût du développement de la capsule, dans laquelle se trouveront les astronautes, a été augmenté de 6,7 milliards à 9,3 milliards jusqu'à Artémis 2, a déclaré M. Nelson, mardi.

Mais les astronautes devront ensuite être transférés à bord d'un alunisseur pour pouvoir atterrir sur la Lune et en repartir. La construction de cet alunisseur a été confiée à SpaceX. Nommé Starship, il est actuellement en cours de développement au Texas - où le patron de la Nasa a promis de se rendre.

Un atterrissage sans astronaute à bord

Le travail entre la Nasa et SpaceX sur cet alunisseur avait dû être interrompu après que Blue Origin, qui était aussi en lice pour l'attribution de ce contrat phare, a porté plainte contre le choix de l'agence spatiale, estimant que le processus de sélection avait été inéquitable. Cette plainte a été rejetée la semaine dernière par un tribunal fédéral.

«Même si nous étions en pause, les équipes de SpaceX ont pu avancer», a déclaré Kathy Lueders, administratrice associée de la Nasa. Les discussions ont repris avec l'entreprise d'Elon Musk «pour comprendre complètement les progrès faits», a-t-elle ajouté. SpaceX doit réussir de son côté un atterrissage sans astronaute à bord sur la Lune, une démonstration faisant partie des exigences de la Nasa pour ce contrat. La date de ce test n'est pas connue, mais il aura lieu «à un moment donné avant l'atterrissage d'humains», a dit Bill Nelson, mardi.

Le programme Artémis, qui doit également emmener la première personne de couleur sur la Lune, fait écho au programme Apollo de la Nasa dans les années 60, mais est lui destiné à établir une présence durable sur la Lune et à préparer les voyages vers Mars. Les premiers hommes à poser le pied sur la Lune faisaient partie de la mission Apollo 11, en 1969, et la dernière fois que des humains s'y sont rendus remonte à 1972, avec Apollo 17.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • In Gode We Trust le 10.11.2021 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    Même quand ils arrêtent d'emm les peuples de la Terre.. il faut encore qu'ils aillent emm les peuples de l'Espace

  • joie de vivre le 10.11.2021 11:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Occupons nous de la planète terre déjà

  • Lulu le 10.11.2021 14:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Étonnant de voir comment c’est compliqué d’y aller et combien de temps ça prend alors qu’on l’a fait il y a plusieurs années. C’est d’un ridicule humiliant pour la science et la technologie…

Les derniers commentaires

  • LEUDELANGE U.M.D le 12.11.2021 15:26 Report dénoncer ce commentaire

    new film Stanley Kubrick ???

  • zaz le 10.11.2021 21:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je trouve vraiment paradoxal que T. Pesquet dise avoir pris conscience de la fragilité de notre planète depuis l espace puis veuille aller sur la Lune. Se rend il compte d une telle expédition pour aller faire des châteaux de sable ! Depuis plus de 50 ans que l on multiplie les expériences en apesanteur ou sur la Lune y a t il eu une seule découverte qui ait amélioré la vie sur notre planète ?

    • gazeleau le 11.11.2021 08:25 Report dénoncer ce commentaire

      couvertures de survie utilisées par tout les sauveteurs du monde, moulage du caoutchouc, semelles absorbantes des baskets, les capteurs numériques de nos appareils photos, l'IRM, les traitements d'eau potable, implants cochléaires, thermomètres auriculaires, aliments déshydratés, matelas à mémoire de forme, etc, etc, ...

  • censuré le 10.11.2021 21:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tout cet argent pourrait être utilisé pour améliorer les conditions de vie sur terre.

  • Garlan le 10.11.2021 19:32 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'ils laissent le soin à des Bezos, Musk et co. mais qu'ils assurent d'y envoyer (et y laisser) ceux là !

  • Charles le chauve le 10.11.2021 19:01 Report dénoncer ce commentaire

    Ce que vous ne mentionnez pas : le programme a pris du retard en raison de la mise au point des combinaisons spatiales dont le budget a dépassé le milliard de Dollars. À l'époque ils y sont allé avec la Bi... et le couteau.

    • darf le 10.11.2021 19:43 Report dénoncer ce commentaire

      Ou peut-être qu'ils ne sont jamais allés !!