Espace

13 juin 2021 11:42; Act: 13.06.2021 14:43 Print

Produire une fusée comme une voiture, le défi d’Ariane 6

L’usine d’ArianeGroup a comme objectif la production de 12 étages par an, une cadence deux fois plus rapide que pour Ariane 5.

storybild

Le moteur principal de la fusée, le Vulcain 2.1, a été réalisé à 70% par impression 3D. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

A priori rien ne ressemble moins à une automobile qu’une fusée atteignant plus de 60 mètres de haut, mais le défi engagé avec la future Ariane 6 est celui d’une véritable chaîne de production en flux.

Vu de l’extérieur, rien ne trahit la destination de l’immense bâtiment aux murs aveugles qui étend sa superficie de trois terrains de football sur le site d’ArianeGroup aux Mureaux, près de Paris. Devant une maquette en Lego de l’usine, son directeur Vincent Lavisse parle «séquences de production» où «tout bouge en même temps». Avec au bout de l’immense «chaîne» en forme de U, un conteneur de 30 mètres de long pour accueillir dans quelques jours le premier exemplaire du premier étage de la fusée.

Du quai voisin, il filera doucement par la Seine jusqu’au port du Havre, puis de là jusqu’à Kourou, pour l’assemblage final d’Ariane 6. Avec un vol inaugural prévu au deuxième trimestre 2022. L’usine a un objectif de cadence maximale de douze unités (étages) par an, deux fois plus rapide que pour les premiers étages d’Ariane 5 dont l’usine se trouve à deux pas. Mais là où cette fabrication est verticale, elle se fait horizontalement pour Ariane 6. «Cela revient moins cher», résume M. Lavisse.

150 tonnes d’hydrogène

Illustration avec le contrôle d’étanchéité du colossal réservoir d’hydrogène liquide, un cylindre d’une quinzaine de mètres de long, qui ne tolère aucune fuite avant un remplissage de 150 tonnes d’hydrogène maintenu à -250 degrés Celsius. On le soumet à un test de pression comme une vulgaire chambre à air. Pour Ariane 5, il faut descendre le réservoir avec un pont roulant dans un puits vertigineux, capable d’encaisser une déflagration si l’étanchéité venait à flancher. Pour Ariane 6, on le roule simplement dans une salle de l’usine, isolée par une porte de 50 tonnes.

Tout est dans la même veine. Là où des hommes collaient à la main des plaques isolantes sur les réservoirs, on y projette maintenant une couche de protection thermique. Les soudures à l’arc des plaques d’alliage d’aluminium pour Ariane 5 sont remplacées par un procédé de «friction-malaxage», effectué avec une machine sur mesure qui les joint «comme deux pâtes à modeler». Plus fiable, moins cher et plus rapide.

«Tous les gains de coût sont dans la façon de faire», résume Mathieu Chaize, ingénieur systèmes d’Ariane 6, en ajoutant qu’ici, «l’enjeu industriel est de créer une culture de flux». Un atout incontournable pour affronter une concurrence toujours plus féroce sur le marché international des lanceurs, Space X en tête. Même scénario dans la «salle blanche» où des ingénieurs, coiffés de charlottes, circulent au pied du moteur principal de la fusée, le Vulcain 2.1. On pourra à terme en intégrer trois en parallèle.

Une nouvelle génération

Ils sont fabriqués à une poignée de kilomètres de là, dans l’usine de Vernon, nichée dans une épaisse forêt des coteaux de Seine, en Normandie. Tout y a été pensé pour accélérer la cadence en facilitant le travail des hommes sur les machines. Un manipulateur 3D, sorte de robot capable de déplacer ses 14 tonnes sur un coussin d’air, tient fermement dans ses bras un Vulcain 2.1 qui pointe lui à plus de deux tonnes. Commandé sur une tablette tactile, il permet d’orienter le moteur sous tous les angles pour en faciliter l’accès.

Dans un grand hall adjacent, c’est déjà l’après Ariane 6 qui se dessine. Avec le projet Themis, un démonstrateur de premier étage de fusée réutilisable, pour assurer la relève à l’horizon 2030. Avec en pièce maîtresse un moteur, Prometheus, dont la première mise à feu interviendra d’ici à la fin de l’année. Réalisé à 70% en impression 3D, avec l’objectif d’un coût dix fois moindre que le Vulcain 2.1, pour une puissance équivalente.

Fait nouveau, cet avenir s’écrit en rassemblant dans un même espace des personnels de toute la chaîne, des concepteurs aux commerciaux en passant par le développement et le montage. Parce que si les machines ont toujours le beau rôle, il revient à une nouvelle génération de leur donner vie. «On a essayé de mettre beaucoup de jeunes, pour qu’ils prennent le pouvoir», explique Emmanuel Edeline, responsable du programme Prometheus, qui cache bien sa soixantaine passée derrière un masque anti-Covid.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • André le 15.06.2021 10:10 Report dénoncer ce commentaire

    C'est ce qui a été fait avec l'avion F35. Le résultat est génial.

  • Alex le 15.06.2021 11:08 Report dénoncer ce commentaire

    Des fusees non reutilisables, Ariane remplisse l'espace avec de dechets qui tombent par apres dans nos tetes. Rentrez dans le 21eme siecle svp.

  • Charles le 13.06.2021 13:12 Report dénoncer ce commentaire

    On se réveille ? MDR...

Les derniers commentaires

  • Alex le 15.06.2021 11:08 Report dénoncer ce commentaire

    Des fusees non reutilisables, Ariane remplisse l'espace avec de dechets qui tombent par apres dans nos tetes. Rentrez dans le 21eme siecle svp.

  • André le 15.06.2021 10:10 Report dénoncer ce commentaire

    C'est ce qui a été fait avec l'avion F35. Le résultat est génial.

  • Jon le 13.06.2021 14:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il était temps !!

    • jonjon le 14.06.2021 07:45 Report dénoncer ce commentaire

      de .... la France seul pays d'europe à savoir construire une fusée,

    • @jon le 14.06.2021 10:20 Report dénoncer ce commentaire

      c clair pas comme le stade de foot Josy mdr

    • @jonjon le 14.06.2021 12:40 Report dénoncer ce commentaire

      Les Allemands on été bon a une époque...

    • @@jonjon le 14.06.2021 14:12 Report dénoncer ce commentaire

      bof pas tant que ça sinon il y aurait des restes

    • @@@jonjon le 15.06.2021 08:35 Report dénoncer ce commentaire

      Ben les restes sont partis au USA...

    • Restez humble jonjon le 15.06.2021 10:02 Report dénoncer ce commentaire

      N' importe quel pays au monde peut aujourd'hui construire une fusee…si il y mets les moyens.. mais l' investissement en vaut il la peine? Musk, Bezos, Virgin.. (et d' autres suivront) il y a deja tellement d' acteurs prives sur le creneau qui bossent pour moins cher que les agences nationales! Aujourd'hui ce n' est pas le "savoir" qu' il faut pour construire une fusee… mais surtout y trouver de l' interet… Et pour info... Ariane..c' est europeen pas uniquement francais ;o)

    • Zedof le 15.06.2021 14:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @jonjon....une partie de la Russie est aussi situé en Europe.... Et ils ne sont pas capables de construire des fusées ???

  • Charles le 13.06.2021 13:12 Report dénoncer ce commentaire

    On se réveille ? MDR...