Santé

28 janvier 2019 06:02; Act: 28.01.2019 09:45 Print

Sous-​​alimentation, climat, obésité: même combat

Obésité, sous-alimentation et changement climatique doivent être combattus globalement, selon les scientifiques.

storybild

Image d'illustration.

Sur ce sujet
Une faute?

Obésité, sous-alimentation et changement climatique sont les trois facettes d'une même menace pour l'humanité et il faut les combattre globalement, assurent lundi des spécialistes, selon qui les multinationales de l'alimentaire doivent être encadrées comme l'ont été celles du tabac.

Ces trois maux «ont des moteurs communs», selon ces experts: «De puissants intérêts commerciaux, une réponse politique insuffisante et un manque de mobilisation de la société civile». Par conséquent, les solutions doivent elles aussi être communes, estiment ces spécialistes, réunis en collectif par The Lancet. La prestigieuse revue médicale britannique a publié lundi le rapport de ces experts, venus de l'université d'Auckland (Nouvelle-Zélande), de l'université George Washington (États-Unis) et de l'ONG World Obesity Federation.

Le nouveau rapport enfonce le clou

Ce document au ton engagé est la suite d'une première étude consacrée au lien entre alimentation et environnement, parue le 17 janvier dans The Lancet. Elle préconisait de diviser par deux la consommation mondiale de viande rouge et de sucre et de doubler celle de fruits, légumes et noix. Issus des travaux de 43 experts de 14 pays, le nouveau rapport enfonce le clou: «Ces 20 dernières années, obésité, dénutrition et changement climatique ont été considérés séparément et la lenteur des réponses politiques est inacceptable».

«Ces trois phénomènes interagissent: le système alimentaire est non seulement responsable des pandémies d'obésité et de dénutrition, mais génère aussi 25 à 30% des émissions de gaz à effet de serre», assurent les spécialistes, qui pointent en particulier «l'élevage de bétail».

Autre interaction: «Nos systèmes de transport dominés par la voiture favorisent un mode de vie sédentaire (NDLR: avec trop peu d'activité physique) tout en générant de 14 à 25% des émissions de gaz à effet de serre». Selon ce rapport, le système de production alimentaire (basé sur des «multinationales de la nourriture et de la boisson focalisées sur les profits»), les politiques agricoles, les modes de transport et l'urbanisation sont donc les différents maillons d'une même chaîne, qui étrangle l'humanité et la planète.

«Big Food»

«Sous-alimentation et obésité vont sans doute être considérablement aggravées par le changement climatique», prédisent les experts. Les phénomènes climatiques extrêmes, comme les sécheresses, pourraient à la fois priver certaines populations de nourriture et faire monter le prix des fruits et légumes, ce qui augmenterait la consommation d'aliments industriels. «Il faut prendre conscience de ces connexions», plaide l'une des auteurs du rapport, le professeur Corinna Hawkes, en prônant une réponse globale.

Cette réponse combinerait politiques de santé publique (recommandations en faveur de régimes alimentaires sains, promotion de l'activité physique...) et des politiques budgétaires et fiscales (financement de modes de production durables, taxes pour faire baisser la consommation de viande rouge ou favoriser le transport non-motorisé...).

Pour les auteurs du rapport, les multinationales de l'alimentaire (désignées sous le nom de «Big Food») doivent être encadrées de la même manière que celles du tabac. Ils proposent la création d'une «Convention-cadre sur les systèmes alimentaires», calquée sur la Convention-cadre pour la lutte antitabac (CCLA). Ce texte, adopté en 2003 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), vise à réduire la consommation de tabac mais aussi à lutter contre le lobbying de cette industrie pour limiter son influence sur les politiques publiques.

Dégâts

«En 2016/17, le secteur des boissons sucrées aux États-Unis a dépensé 50 millions de dollars en lobbying pour contrer des mesures destinées à diminuer la consommation de soda», selon le rapport. «La nourriture est évidemment différente du tabac, puisqu'elle est indispensable à la vie, mais ce n'est pas le cas des aliments mauvais pour la santé», fait valoir l'un des auteurs, le professeur William H. Dietz.

«Les points communs entre l'industrie de la malbouffe et celle du tabac sont les dégâts qu'elles provoquent et le comportement des entreprises qui en tirent profit», ajoute-t-il. Selon l'OMS, 1,9 milliard d'adultes dans le monde sont en surpoids, dont 650 millions sont obèses, ce qui est un facteur de risque pour le diabète, les maladies cardiovasculaires et le cancer. Dans le même temps, 462 millions d'adultes souffrent de maigreur.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nomi le 28.01.2019 17:05 Report dénoncer ce commentaire

    Alimentation industrielle ! Je dis alimentation et mal-bouffe industrielle !

  • Le Suisse le 28.01.2019 18:03 Report dénoncer ce commentaire

    A mon avis celui là c'est un peu aussi "glandulaire"... Merci Mac Do et l'agro-alimentaire quand même....

  • Luxo le 28.01.2019 21:06 Report dénoncer ce commentaire

    A force de normaliser les rondeurs et de critiquer les manequins filiformes on arrive a exclure d'une salle de sport une jeune fille sexy et d'oublier que la mal bouffe et le sucre conduit au surpoids alors que la santé se conserve en se bougeant sans voiture et en mangeant des fruits et des légumes au lieu des hanburger quotidien avec un soda assit derrière un volant ou pire devant la TV

Les derniers commentaires

  • Triste le 29.01.2019 12:17 Report dénoncer ce commentaire

    Sans compter toutes les maladies causées par les cochonneries qu'ils mettent dans la nourrriture(pesticides,antibiotiques,hormones, produits chimiques divers). Les lois ne suffisent pas, nous devons réapprendre à nos enfants comment bien de nourrir et de maière repsonsable. Sinon nous allons droit dans le mur...

  • Luxo le 29.01.2019 12:03 Report dénoncer ce commentaire

    Les solutions pour le Luxembourg sont: de la viande rouge une fois par semaine pas plus. Des légumes et des fruits toutes les jours , reduction drastique du pain des gateaux du sucre et des produits laitiers, interdiction de circuler avec des voitures individuelles en ville, pas d'alcool pour les moins de 21 ans et pour les autres pas plus de 2 verres de vin rouge par jours. Taxation de tous les aliments industriels de 100 % , Taxes disuasives pour ceux qui utilisent des SUV ou une voiture sur de courtes distances ou lorsqu'ils sont à moins de 5 km d'une gare ou d'un arrêt de bus.

  • lkral le 29.01.2019 11:02 Report dénoncer ce commentaire

    Ces térifiants constats ne servent pas à grande chose. Tant que le législation ou les législations pour être précis permettent l'agriculture industrielle et polluante et utilisation des additifs chimiques dans la préparation des plats ainsi que la publicité pour la mal-bouffe le problème ne sera jamais réglé.

  • patience le 29.01.2019 07:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis ravis de voire toutes ces pub et articles sur l obésité etc même si c est triste Toutefois où se trouvent les solutions pour ces nouveaux jeunes ....

  • Sam1952 le 29.01.2019 07:04 Report dénoncer ce commentaire

    Comment peut on en arriver là ? , ne fallait il pas agir en amont ?

    • Réponse le 29.01.2019 09:10 Report dénoncer ce commentaire

      L'argent.