Océans pollués

12 avril 2019 14:10; Act: 12.04.2019 15:10 Print

Sur les traces du mystère du «plastique perdu»

Près de 12 millions de tonnes de plastiques finissent chaque année dans les océans, mais seulement 250 000 sont à la surface. Où est le reste? Les scientifiques s'interrogent.

Sur ce sujet
Une faute?

Des millions de tonnes de plastique sont rejetées en mer chaque année, mais seule une petite partie est visible. Où disparaît le reste ? Des chercheurs s'approchent désormais de la résolution du mystère du «plastique perdu». Ces dernières années, les images de bouteilles et de sacs agglutinés par les courants au milieu des océans ou de plages couvertes de détritus ont suscité des campagnes contre la culture du tout jetable. Mais cette pollution visible n'est que la partie émergée de l'iceberg.

Alors une équipe internationale de scientifiques s'est mise en chasse, déployant des efforts sans précédent pour traquer les débris. Quelque quatre à 12 millions de tonnes de plastiques finissent chaque année dans les océans, mais les scientifiques estiment que seulement 250 000 tonnes sont présentes à la surface. Et 99% de tout ce qui a été déversé en mer pendant des décennies est introuvable.

«Beaucoup de processus à l'œuvre»

Dégradée par l'érosion, le soleil et l'action de bactéries, la densité des plastiques change, ils se retrouvent à la merci des courants et une fois qu'ils sont entraînés vers les profondeurs, ils deviennent beaucoup plus difficiles à suivre. «Il est assez difficile de savoir où ils sont tous, parce qu'il y a beaucoup de processus à l'œuvre», explique Alethea Mountford, de l'Université de Newcastle. «Même le plastique à la surface peut couler, puis remonter».

Dans ce qui pourrait être une véritable avancée, la chercheuse a utilisé un modèle informatique des courants océaniques sur les plastiques de trois densités différentes, pour localiser les lieux où se regroupent les fragments après avoir coulé. Le modèle montre des accumulations de plastiques à des profondeurs variées en Méditerranée, dans l'Océan indien et dans les eaux de l'Asie du Sud-Est.

Sur les fonds marins

Les scientifiques pensent qu'une grande partie du plastique finit sur les fonds marins. Une récente étude avait d'ailleurs permis de trouver des microplastiques dans les entrailles de mini crustacés vivant à près de 11 km de profondeur dans la fosse des Mariannes, la plus profonde connue. Les calculs d'Alethea Mountford sont préliminaires, mais ses résultats pourraient aider à identifier les lieux où faire des recherches plus poussées et ainsi à mieux connaître l'impact de cette pollution sur les écosystèmes, note la chercheuse.

Celle-ci s'est inspirée des travaux de l'océanographe Eric van Sebille, de l'université néerlandaise d'Utrecht. «Nous connaissons l'existence des "décharges flottantes", alors il est logique de se focaliser sur elles. Et les plastiques de surface ont probablement le plus d'impact parce que les organismes vivent surtout vers la surface», commente ce dernier. «Mais si vous voulez saisir l'ampleur du problème, alors il faut aller plus profond», poursuit-il.

Sur les côtes

Ses recherches actuelles portent sur le fait que la pollution plastique est désormais si grande que le suivi des fragments pourrait fournir des informations importantes sur la façon dont fonctionnent les courants marins. Son intuition - à confirmer avec des simulations de modèles plus sophistiqués - est que la grande majorité des déchets plastiques déversés dans les mers retournent finalement sur les rivages. Cela pourrait expliquer l'écart entre le volume entrant dans les océans et ce qui peut être effectivement observé aujourd'hui.

«Le plastique charrié par une rivière vers la mer reste près de la côte pendant un moment et peut s'échouer à nouveau à terre. Et une partie importante pourrait faire ça», estime-t-il. Alors se concentrer sur le nettoyage des zones côtières pourrait éviter à cette pollution de s'étendre vers le large, note le chercheur.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Walbanais le 12.04.2019 17:21 Report dénoncer ce commentaire

    Bon article.

  • Mu le 12.04.2019 15:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comment est ce possible que ca finisse dans les oceans il ne faut pas abuser

  • Jean II le 12.04.2019 20:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les plastiques sont ingérés aussi par les animaux marins . Les plastiques sont emportés aussi par les inondations , ouragans , tsunamis et tout se retrouve en mer ...

Les derniers commentaires

  • Pardon de Gaïa le 12.04.2019 20:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre Gaïa une conscience qui souffre en aimant quand même les Hommes. Nous sommes tous liés, la nature, l'Homme et l'univers.. Le mal qui existent n'est qu'oeuvre de l'être humain. Toute souffrance c'est le karma de toute l'humanité dans un tout. Réveillez vous et travaillons avec la nature pour guérir cette planète. Pour les sages d'esprit

  • Jean II le 12.04.2019 20:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les plastiques sont ingérés aussi par les animaux marins . Les plastiques sont emportés aussi par les inondations , ouragans , tsunamis et tout se retrouve en mer ...

  • Réaliste le 12.04.2019 19:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nous devons en un prendre l argent des fabricants de plastique et en deux avec cette argent tout les pays vont les recycler simplement et l histoire de pollution est oubliée .

  • Carlitos le 12.04.2019 19:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Comment est-ce possible d’en arriver à ce point là ????????????

  • Le Walbanais le 12.04.2019 17:21 Report dénoncer ce commentaire

    Bon article.