Selon une étude de l'OMS

15 juillet 2019 10:02; Act: 15.07.2019 11:51 Print

Trop de sucres dans la nourriture pour bébé

Attention à la nourriture industrielle pour bébé: elle contient souvent trop de sucres, prévient lundi l'OMS, qui propose de nouveaux critères pour améliorer l'alimentation des tout-petits.

storybild

L'OMS tire la sonnette d'alarme par rapport à certains produits industriels destinés aux bébés.

Sur ce sujet
Une faute?

«Dans environ la moitié des produits examinés (...), plus de 30% des calories provenaient des sucres totaux et environ un tiers des produits contenaient du sucre ajouté ou d'autres édulcorants», note la branche européenne de l'Organisation mondiale de la Santé, après avoir étudié près de 8 000 produits dans plus de 500 magasins entre Vienne (Autriche), Sofia (Bulgarie), Haïfa (Israël) et Budapest (Hongrie) de novembre 2017 à janvier 2018.

Un apport élevé en sucre peut augmenter le risque de surpoids et de caries dentaires et une exposition précoce aux produits sucrés peut créer une préférence nocive pour les aliments sucrés pour le reste de sa vie, prévient l'OMS. «Une bonne nutrition durant la période néonatale et la petite enfance reste essentielle afin d'assurer une croissance et un développement optimaux de l'enfant, et de meilleurs résultats sanitaires plus tard dans la vie», rappelle la directrice régionale de l'OMS pour l'Europe, Zsuzsanna Jakab, citée dans un communiqué.

Jusqu'à 60% d'étiquettes trompeuses

En 2018, l'institution avait mis en garde contre la progression de l'obésité et du surpoids chez les Européens qui risquait d'inverser la tendance à la hausse de leur espérance de vie. Consommer des boissons sucrées, y compris des jus de fruits, peut entraîner une tendance à délaisser les aliments plus riches en nutriments. Environ un tiers des produits examinés contenaient du sucre, du jus de fruits concentrés ou d'autres édulcorants dans leur composition, ingrédients qui ne devraient pas être ajoutés aux aliments destinés aux tout-petits.

Entre 18% et 57% d'entre eux contenaient plus de 30% de calories provenant de sucres, déplore l'OMS. La branche Europe de l'institution, qui s'étend de l'Atlantique au Pacifique, comprend 53 pays aussi hétéroclites que la Russie et Andorre, l'Allemagne et le Tadjikistan. L'étude a également montré que des aliments considérés comme inappropriés au regard des recommandations de l'Organisation sont commercialisés pour les tout-petits.

Bannir les sucres ajoutés et les édulcorants

Entre 28% et 60% des aliments étaient étiquetés comme convenant aux nourrissons de moins de six mois or, "l'OMS recommande que les nourrissons soient exclusivement nourris au lait maternel pendant les six premiers mois de leur vie et, par conséquent, aucun aliment ne devrait être commercialisé comme convenant aux enfants de moins de six mois", souligne le rapport. Pour encourager ses membres à adopter de nouvelles lignes directrices, l'OMS réactualise ses recommandations.

Elle voudrait mettre fin à la promotion des substituts du lait maternel et recommande que l'alimentation des enfants entre six mois et deux ans se base sur des aliments riches en nutriments, préparés à la maison. Tous les sucres ajoutés et les édulcorants devraient également être bannis de la nourriture pour bébé. Les étiquetages des boissons sucrées, notamment les jus de fruits et le lait concentré, et des confiseries devraient mentionner que ces produits ne conviennent pas aux enfants de moins de trois ans.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Nimp le 15.07.2019 11:56 Report dénoncer ce commentaire

    Cuisiner soi-même et comme cela, pas de sucres

  • lea le 15.07.2019 10:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui tout a fait d accord mais ce serais mieux de nous donner les marques de produits a pas acheter non

Les derniers commentaires

  • Nimp le 15.07.2019 11:56 Report dénoncer ce commentaire

    Cuisiner soi-même et comme cela, pas de sucres

    • Unicorn le 15.07.2019 14:26 Report dénoncer ce commentaire

      En fait, l'industrie alimentaire en est arrivé à faire douter les mères d'être en mesure de bien nourir leur bébé, de sorte qu'une très grande majorité les nourrit qu'avec des produits industrialisés.

  • lea le 15.07.2019 10:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui tout a fait d accord mais ce serais mieux de nous donner les marques de produits a pas acheter non

    • Mili le 15.07.2019 10:54 Report dénoncer ce commentaire

      Il faut plus-tôt cuisiner soi-même pour bébé au lieu d'acheter ses pots pré-préparés. Je l'ai fait pour mes bébés, mais lié à beaucoup de travail. Même si je sortais, je le faisais.

    • Unicorn le 15.07.2019 14:46 Report dénoncer ce commentaire

      les bébés obèses commencent à naître plus fréquemment, surtout dans les couches sociales basses, qui préfèrent le fastfood. Il s'agit pour les jeunes mères d'éviter en période prénatale les sucres combinées aux graisses, un cocktail explosif pour le corps humain, et de ne pas se trouver déjà dans un état pré-diabétique de résistance à l'insuline, où tous les problèmes commencent. Plus que le surpoid, c'est l'état du foie qui est un signe, maltraité des années de jeunesse par les produits industrialisés et les boissons hypersucrées, en plus des friandises et confiseries.