Santé

21 juin 2021 10:29; Act: 21.06.2021 10:47 Print

Un lien existe bien entre viande rouge et cancer

Des chercheurs ont mis en évidence une mutation de l’ADN encore jamais identifiée auparavant, causée par un régime alimentaire très riche en viande rouge.

storybild

Repérer les patients ayant déjà commencé à accumuler ces mutations pourrait aider à identifier ceux ayant le plus de risque de développer un cancer colorectal. (photo: Pixabay )

Sur ce sujet
Une faute?

Manger moins de viande rouge est un conseil médical répandu pour prévenir le cancer colorectal, mais jusqu’ici, tous les experts n’étaient pas persuadés de l’existence d’un véritable lien entre les deux, faute de vraiment comprendre la mutation des cellules entraînée par sa consommation. Une nouvelle étude, publiée cette semaine dans la revue scientifique «Cancer Discovery», a pu identifier les caractéristiques spécifiques des dommages causés sur l’ADN par un régime alimentaire très riche en viande rouge.

Et elle incrimine effectivement cette dernière comme cancérigène, tout en permettant d’ouvrir la voie à la détection plus précoce de la maladie ou au développement de nouveaux traitements. Il ne s’agit pas de totalement arrêter de manger de la viande rouge: «Je recommande la modération, et un régime alimentaire équilibré», affirme Marios Giannakis, oncologue au Dana-Farber Cancer Institute.

900 patients

Les études scientifiques avaient jusqu’à présent établi un lien entre les deux en interrogeant les personnes atteintes de ce cancer sur leurs habitudes alimentaires. Mais ce type de travaux dépend beaucoup des données sur lesquelles ils se fondent, et en 2019, une équipe de chercheurs avait créé la controverse, en affirmant qu’il était très peu sûr qu’une réduction de la consommation de viande rouge abaisserait la mortalité par cancer.

«Si nous disons que la viande rouge est cancérigène, il doit bien y avoir un mécanisme qui le provoque», a dit Marios Giannakis, qui a dirigé cette nouvelle étude. Après tout, les scientifiques ont découvert il y a longtemps la façon dont la fumée de cigarette agit pour provoquer un cancer, et la façon dont certains rayons UV pénètrent la peau pour entraîner des mutations de gènes, contrôlant la façon dont les cellules se développent et se divisent.

Marios Giannakis et ses collègues ont donc séquencé l’ADN de 900 patients atteints d’un cancer colorectal, sélectionnés parmi un groupe de 280 000 personnes participant à des études sur plusieurs années, incluant des questions sur leur mode de vie. La force de cette approche est qu’ainsi, les participants ne pouvaient pas savoir qu’ils allaient développer ce cancer, contrairement à un interrogatoire sur des habitudes alimentaires conduit une fois la maladie déclenchée.

Alkylation

Les analyses ont révélé une mutation spécifique, n’ayant jamais été identifiée auparavant, mais indiquant un type de mutation de l’ADN appelé alkylation. Toutes les cellules contenant ces mutations ne deviendront pas forcément cancéreuses, et elles étaient également présentes dans des échantillons sains. Mais cette mutation était associée de façon significative à la consommation de viande rouge (à la fois transformée et non transformée) avant le déclenchement de la maladie. En revanche, elle ne l’était pas à la consommation de volaille, de poisson, ou d’autres facteurs examinés.

«Avec la viande rouge, il y a des composés chimiques qui peuvent causer une alkylation», explique Marios Giannakis. Il s’agit de composés pouvant être produits à partir de fer, très présent dans la viande rouge, ou de nitrates, que l’on trouve souvent dans la viande transformée. Cette mutation était, par ailleurs, très présente dans le colon distal, qui est une partie du colon dont de précédentes études ont suggéré qu’elle était fortement liée au cancer colorectal résultant de la consommation de viande rouge.

De plus, parmi les gènes les plus affectés par l’alkylation, se trouvent ceux qui, selon de précédents travaux, ont montré être les plus susceptibles de déclencher un cancer colorectal lorsqu’ils mutent. Ces différents éléments pris ensemble construisent un dossier solide, comme dans un travail de détective, selon Marios Giannakis.

Ouvre la voie aux traitements

Les patients dont les tumeurs présentaient le plus haut niveau d’alkylation avaient 47% de risque en plus d’en mourir. De hauts niveaux d’alkylation n’ont été constatés que dans les tumeurs de patients mangeant en moyenne plus de 150 grammes de viande rouge par jour. Pour le chercheur, cette découverte pourrait aider les médecins à identifier quels patients sont davantage prédisposés génétiquement à l’alkylation, afin de spécifiquement leur conseiller de limiter leur consommation de viande rouge.

Et repérer les patients ayant déjà commencé à accumuler ces mutations pourrait aider à identifier ceux ayant le plus de risque de développer un tel cancer, ou de détecter très tôt la maladie. De plus, puisque le niveau d’alkylation semble être un marqueur de la gravité de la maladie, il pourrait être utilisé afin de leur livrer un pronostic sur leur espérance de vie. Comprendre la façon dont le cancer colorectal se développe ouvre également la voie au développement de traitements permettant d’interrompre ou de renverser ce processus, afin d’empêcher que la maladie ne se déclenche.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Marco le 21.06.2021 19:09 Report dénoncer ce commentaire

    Va dire ça aux argentins et brésiliens qui mangeant du bon boeuf BIO, Black Angus depuis des siècles et ne sont pas près a passer au vegan ou poissons de Norvège plein d'antibiotiques...

  • Stephane le 21.06.2021 10:45 Report dénoncer ce commentaire

    il y a surtout un lien entre PH acide et propagation du cancer dans le corps. Cette étude a meme recu un prix nobel il y a plus de 40 ans. Est-ce que on en parle pour autant ? NON, la chimio ca rapporte bien plus.

  • Ali71 le 22.06.2021 00:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut dire aussi qu‘avant la viande était beaucoup plus seine qu‘aujourd‘hui.

Les derniers commentaires

  • BurgerFreak le 22.06.2021 09:21 Report dénoncer ce commentaire

    La viande rouge contient beaucoup de monoxyde de dihydrogène. Voilà votre coupable!

    • VeganByNature le 22.06.2021 10:32 Report dénoncer ce commentaire

      Tout à fait! Le même monoxyde de dihydrogène se retrouve dans les tumeurs cancéreuses en stade terminal.

    • Carlos le 23.06.2021 00:59 Report dénoncer ce commentaire

      pareil pour le monocarbone de dioxygène, qui vient se rajouter à la longue liste des coupables

  • Pas toujours la même chose le 22.06.2021 08:57 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut diversifier ce qu'on mange, Voilà.

  • Primo le 22.06.2021 08:57 Report dénoncer ce commentaire

    Moi je ne crois que ce que je vois ...... dans les publicités !!!

  • arno le 22.06.2021 05:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand on paiera les chercheurs quand ils trouverons et pas quand ils passent leurs vie à faire mumuse avec 3 éprouvette. Ils trouverons bien plus rapidement

  • Ian Amarre le 22.06.2021 02:50 Report dénoncer ce commentaire

    Bill gates voulait que l‘on mange une sorte de mixture de labo remplaçant la viande rouge, veut-on nous préparer doucement à ça .