En Afrique

19 mars 2020 14:56; Act: 19.03.2020 15:08 Print

Une lueur d'espoir pour le rhino noir menacé

Si l'espèce reste toutefois en danger critique d'extinction, elle a vu sa population se rétablir doucement entre 2012 et 2018.

storybild

Les milliers de rhinocéros qui peuplaient autrefois l'Afrique et l'Asie ont été décimés par le braconnage et la perte de leur habitat. (photo: Archive)

Sur ce sujet
Une faute?

Le rhinocéros noir d'Afrique, dont il reste moins de 6 000 individus en liberté, a vu sa population se rétablir doucement entre 2012 et 2018. L'UICN s'en réjouit et lance un appel à renforcer la lutte contre le braconnage. L'espèce reste toutefois en danger critique d'extinction, précise l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à l'occasion de la mise à jour de sa Liste rouge. Celle-ci répertorie 116 177 espèces, dont 31 030 sont menacées d'extinction.

Le nombre de rhinocéros noirs en liberté en Afrique a augmenté légèrement, de 2,5% par an, pour passer de 4 845 animaux à 5 630, précise l'UICN. Les prévisions indiquent «une progression limitée au cours des cinq prochaines années», indique l'instance.

Braconniers en cause

«Si les rhinocéros en Afrique ne sont en aucun cas sauvés de l'extinction, la lente et continue augmentation des populations de rhinocéros noirs illustre les énormes efforts faits par les pays» où elles vivent, souligne Grethel Aguilar, directrice générale par intérim de l'UICN, citée dans un communiqué. Cette évolution est en grande partie due à des lois plus strictes et à la gestion des populations, avec des déplacements de rhinocéros d'une population à l'autre pour favoriser leur reproduction.

Il existe trois sous-espèces de rhinocéros noirs, l'une est «quasi menacée» et les deux autres «en danger critique». Le rhinocéros blanc, dont la population est plus importante, reste considéré comme étant «quasi menacé» selon la classification de l'UICN.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • de l aire le 20.03.2020 13:44 Report dénoncer ce commentaire

    c est vraiment le point positif du CIVID 19, la nature a le droit reprendre son soufflé pour une courte periode car ce n est que partie remise. car a la fin le cancer, pardon l homme va reprendre de force ses soit disant droit.

  • moboutou le 20.03.2020 10:12 Report dénoncer ce commentaire

    la Chine n'a toujours pas compris la leçon du coronavirus: arrêtez de décimer toutes ces espèces sauvages rares pour des fantasmes sexuels ; Arrêtez de manger ce qui ne se mange pas juste pour des croyances moyennageuses ou alors la magnifique diversité de la nature et notre avenir vont continuer à être sérieusement mis en péril !

Les derniers commentaires

  • de l aire le 20.03.2020 13:44 Report dénoncer ce commentaire

    c est vraiment le point positif du CIVID 19, la nature a le droit reprendre son soufflé pour une courte periode car ce n est que partie remise. car a la fin le cancer, pardon l homme va reprendre de force ses soit disant droit.

  • moboutou le 20.03.2020 10:12 Report dénoncer ce commentaire

    la Chine n'a toujours pas compris la leçon du coronavirus: arrêtez de décimer toutes ces espèces sauvages rares pour des fantasmes sexuels ; Arrêtez de manger ce qui ne se mange pas juste pour des croyances moyennageuses ou alors la magnifique diversité de la nature et notre avenir vont continuer à être sérieusement mis en péril !