Science

05 juin 2019 07:53; Act: 05.06.2019 10:28 Print

Une nouvelle méthode pour avoir des enfants

Une jeune femme, atteinte d'une ménopause précoce, a pu profiter d'une nouvelle technologie pour avoir des jumeaux.

storybild

Une femme a bénéficié d'une maturation en laboratoire de ses derniers ovules.

Sur ce sujet
Une faute?

Une jeune femme atteinte de ménopause précoce, qui n'aurait pas pu bénéficier d'une PMA classique, a réussi à donner naissance à des jumeaux grâce une technique de maturation en laboratoire de ses derniers ovules, ont révélé mercredi ses médecins.

«La mère ainsi que les bébés, des garçons nés en décembre 2018 à Paris, sont en parfaite santé», dit à l'AFP, le Pr Michaël Grynberg, chef du service de médecine de la reproduction et préservation de la fertilité à l'hôpital francilien Antoine Béclère (AP-HP).

«C'est la première naissance au monde obtenue avec cette technique dans cette indication pour préserver la fertilité», relève le Dr Christophe Sifer, responsable du laboratoire de biologie de la reproduction à l'hôpital Jean-Verdier (AP-HP) en région parisienne.

Préserver les capacités de reproduction

Sa ménopause précoce a été diagnostiquée alors qu'elle avait 37 ans. Cette insuffisance ovarienne débutante avec arrêt des règles est due dans son cas à une maladie auto-immune. «Mais nous nous sommes aperçus à l'échographie qu'il lui restait quelques ovules immatures», relate le Pr Grynberg. «Là où d'autres auraient dit qu'il n'y a rien à faire», son équipe et celle du Dr Sifer ont proposé de recourir à la technique de maturation d'ovocytes in vitro (MIV) pour préserver les capacités de reproduction de la patiente, qui avait un projet d'avoir un deuxième enfant.

Cette technique a consisté en un prélèvement d'ovocytes immatures par ponction ovarienne à travers le vagin, sous contrôle de l'échographie, sans aucune stimulation hormonale préalable. Le prélèvement s'est fait sous anesthésie locale.

Pour le cancer aussi

Les ovocytes ont ensuite été portés à maturation au laboratoire pendant 24 à 48 heures à l'aide notamment d'hormones et de facteurs de croissance, indique le biologiste. Un certain nombre d'entre eux ont pu atteindre la maturité et être fécondés en vue d'une vitrification embryonnaire. La vitrification est une méthode de congélation ultrarapide qui permet une meilleure survie des embryons une fois décongelés.

La patiente a reçu des hormones pour préparer son utérus et le rendre compatible avec l'implantation des embryons. «Sans cette solution de la dernière chance, les quelques ovules restant allaient inéluctablement disparaître, être détruits, et la patiente allait être stérile», assure le Pr Grynberg. «Cela confirme l'intérêt majeur de cette technique de MIV, associée à la vitrification ovocytaire ou embryonnaire pour préserver la fertilité féminine dans certaines indications où aucune autre option n'est envisageable», selon le Dr Sifer.

«Quand on n'a pas le choix»

Une technique utilisable pour d'autres pathologies très particulières: d'autres grossesses sont actuellement suivies au centre PMA/AMP (assistance médicale à la procréation) de l'hôpital Jean-Verdier, dans un contexte similaire (maladie d'Adisson, pathologie rare dite de la résistance à une hormone, la FSH...). Mais cette technique, la MIV, donne de moins bon résultats qu'avec l'utilisation d'une stimulation hormonale, et reste donc un recours «quand on n'a pas le choix», renchérit le Pr Grynberg.

La méthode est par ailleurs déjà utilisée surtout pour des cancers, essentiellement des cancers du sein, soit parce que la nature de la tumeur constitue une contre-indication à la stimulation hormonale, soit par manque de temps (chimiothérapie d'urgence). En France, «quelques milliers de femmes, entre 3 000 et 5 000 pourraient en bénéficier, dont beaucoup atteintes de cancer», estime-t-il. Dans le monde, 6 000 enfants sont nés grâce à la MIV dont 200 en France, selon le Pr Grynberg. La première naissance remontant à 1993 aux États-Unis, ajoute-t-il.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Cancoillotte le 05.06.2019 13:25 Report dénoncer ce commentaire

    Moi j'aimais bien l'ancienne méthode

  • Elza le 05.06.2019 15:06 Report dénoncer ce commentaire

    toutes les méthodes sont bonnes pour avoir un enfant.

  • Adoptez le 05.06.2019 09:16 Report dénoncer ce commentaire

    Pas besoin de manipulations et de se tordre la tête si on veut un enfant. En plus cela prend moins de temps. Et en plus cela rend le monde un peu meilleur.

Les derniers commentaires

  • Elza le 05.06.2019 15:06 Report dénoncer ce commentaire

    toutes les méthodes sont bonnes pour avoir un enfant.

  • Cancoillotte le 05.06.2019 13:25 Report dénoncer ce commentaire

    Moi j'aimais bien l'ancienne méthode

  • Adoptez le 05.06.2019 09:16 Report dénoncer ce commentaire

    Pas besoin de manipulations et de se tordre la tête si on veut un enfant. En plus cela prend moins de temps. Et en plus cela rend le monde un peu meilleur.

    • pma girl le 05.06.2019 12:37 Report dénoncer ce commentaire

      adopter ne prend pas moins de temps, il suffirait déjà que l'administration soit un peu plus réactive en matière de dossier d'adoption et cela éviterait de décourager les couples désireux d'adopter....

    • @pmtruc girl le 06.06.2019 12:45 Report dénoncer ce commentaire

      Minimum 9 mois quand ça marche du premier coup au naturel. Souvent bien plus d'un an. L'agrément se fait en moins de temps... à condition de le faire très sérieusement. Et quand bien même, pourquoi tu veux un enfant? Par envie égoïste ou par amour pour rendre un être heureux et aimé? Donc la question ne se pose même pas en fait. C'est pas un drame de ne pas pouvoir avoir d'enfant et je sais de quoi je parle. Adoptez est autant gratifiant quand on aime.