Aux États-Unis

19 octobre 2019 15:50; Act: 19.10.2019 16:47 Print

Vont-​​ils assumer les ravages du fentanyl?

Un procès historique s'ouvre ce 21 octobre. Les géants de la pharma doivent assumer leurs responsabilités dans les ravages liés au puissant opiacé qu'est le fentanyl.

Sur ce sujet
Une faute?

La crise des drogues opiacées, qui a commencé dans les années 1990, n'en finit pas de ravager les Etats-Unis. Un procès fédéral, le premier du genre, doit s'ouvrir lundi dans l'Etat de l'Ohio pour déterminer les «coupables» de ce désastre avec les géants de l'industrie pharmaceutique au banc des accusés. Ces derniers tentent d'arracher un accord de dernière minute avec les Etats américains et collectivités locales qui veulent les faire payer pour les ravages causés par la crise, dans l'espoir de mettre fin aux poursuites.

Le fentanyl est un opiacé de synthèse aux capacités euphorisantes. Sous sa forme légale, c'est un médicament utilisé comme sédatif dans le traitement de douleurs sévères, notamment pour des malades du cancer. Délivrable uniquement sur ordonnance, il est considéré comme 50 fois plus puissant que l'héroïne, un opiacé illégal, selon le National Institute on Drug Abuse. Mais il est depuis plusieurs années détourné de son usage médical, fabriqué et vendu illégalement sous forme de poudre, de spray ou de comprimés contrefaits, et a fait exploser le nombre de morts par opiacés depuis 2013.

Combien de morts?

Les derniers chiffres des Centres de contrôle des maladies (CDC) font état de plus de 400 000 morts par overdoses aux opiacés aux Etats-Unis entre 1999 et 2018, et plus de 130 morts par jour aujourd'hui encore. En 2018, le nombre d'overdoses mortelles a reculé pour la première fois en vingt ans aux Etats-Unis, mais les morts dues au fentanyl et autres opiacés synthétiques ont continué de progresser, avec près de 32.000 victimes, selon des chiffres officiels encore provisoires.

Beaucoup d'experts reconnaissent aujourd'hui que la crise des opiacés a commencé avec la sur-prescription de médicaments anti-douleur, comme l'OxyContin du laboratoire américain Purdue, alors qu'ils étaient jusqu'au milieu des années 90 réservés aux maladies les plus graves.

Plusieurs milliards de dollars de dédommagement

Purdue et d'autres laboratoires comme Johnson & Johnson ou Teva ayant fabriqué des médicaments similaires, ainsi que les grandes chaînes de pharmacie américaines, sont accusés d'avoir fait une promotion agressive de ces médicaments et de ne pas avoir réagi aux signaux d'alerte sur les abus dont ils faisaient l'objet. Ils font face à une avalanche de plaintes en justice, émanant des Etats américains et de collectivités locales en tous genres, qui veulent récupérer les milliards engagés pour endiguer la crise.

Les principales entreprises attaquées en justice ont fait récemment des propositions de dédommagement se chiffrant en milliards de dollars, dans l'espoir de solder l'ensemble des poursuites à leur encontre. Mais aucun accord n'a encore été scellé.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • pffff le 19.10.2019 16:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore !!!

Les derniers commentaires

  • pffff le 19.10.2019 16:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore !!!