Voyages

10 octobre 2018 09:00; Act: 10.10.2018 13:15 Print

Une croisière féerique sur la mer du Nord

De Copenhague à Copenhague, une quinzaine en mer du Nord, de pays en pays et de ville en ville.

Voir le diaporama en grand »

«Nous voulions offrir le luxe et le raffinement d'un hôtel cinq étoiles. Mais un hôtel flottant qui pourrait aller de port en port». Célèbre architecte américain, connu pour son talent avant-gardiste et son expression du design, Adam D. Tihany parle avec des étoiles dans les yeux de son «bébé», le Seabourn Ovation. Le dernier bijou de la compagnie américaine Seabourn Cruise Line est le jumeau du Seabourn Encore, bateau emblématique de la classe Odyssey. Sorti en 2018 des chantiers navals italiens Fincantieri à Gênes, l'Ovation a effectué sa croisière inaugurale en Méditerranée au printemps 2018, entre Barcelone et Lisbonne.

Et il naviguait en plein mois d'août croisant en mer du Nord pendant deux semaines de Copenhague à Copenhague (au Danemark), en passant par Göteborg (en Suède), Oslo et Arendal (en Norvège), Newcastle (en Grande-Bretagne), Édimbourg, Inverness, Scrab-ster aux îles Orcade et Lerwick aux îles Shetland (en Écosse), Bremerhaven et le fameux canal de Kiel (en Allemagne). Le Seabourn Ovation se laisse vite conquérir

Seabourn revendique de faire des croisières grand luxe, offrant des voyages prestigieux et inoubliables. Raison pour laquelle la compagnie américaine, qui fête déjà ses 30 ans, n'opère que cinq bateaux dans le monde. Dont ce Seabourn avec ses 210 mètres de long, ses 28 mètres de large et ses douze ponts. 400 membres d'équipage pour 604 passagers au maximum, c'est l'assurance d'un service pour lequel exigence et perfection sont vraiment les maîtres mots.

À bord, le Seabourn Ovation se laisse vite conquérir. Les boiseries? Magnifiques. Les moquettes? Épaisses à souhait. Chaque élément de décoration? D'un goût raffiné. «Pour le design, c'est oui, non ou waouh! Nous avons tout fait pour que ce soit waouh dès le premier contact», explique encore Adam D. Tihany. Sur ce bateau magnifique, naviguer devient alors une sorte de grand rêve éveillé. Au point d'en oublier le vent et les vagues quand il y en a.

La nuit, on dort à bord, le jour, on visite

Une fois à bord, le principe est finalement fort simple. La nuit, on dort dans sa suite pendant que le bateau trace à travers les vagues pour rejoindre un autre port. Le jour, on débarque dans une nouvelle ville et dans un nouveau pays pour aller à sa découverte. Navettes en bus, excursions organisées, renseignements au bas du bateau, tout est méticuleusement organisé. D'autant que la veille au soir, le «grand guide» du Seabourn Ovation a toujours donné une jolie conférence sur l'étape. Dans ces conditions, sauf à trop flâner, il est presque impossible de rater quoi que ce soit. Au programme, des grosses villes (Oslo, Newcastle ou Édimbourg) ou de petites cités au charme spécifique et si appréciable.

À l'instar d'Arendal, ville portuaire norvégienne située dans le comté d’Aust-Agder et la région du Sørlandet. Avec ses 45 000 habitants, elle est réputée jouir du meilleur climat de toute la Norvège. Et le quartier de Tyholmen, dans son petit centre-ville, arbore plusieurs maisons en bois datant du XVIIe siècle. La vie y est paisible et les habitants chaleureux. C'est aussi le cas de Lerwick, dans les Shetland, archipel d'une centaine d'îles battu par les vents. Jusqu'au XIXe siècle, cette ville fut l'une des plaques tournantes du commerce du hareng. Aujourd'hui, ce petit port vit grâce à la présence d'or noir en mer du Nord. Il n'y a qu'une seule et unique rue commerçante et de pittoresques petits passages dans lesquels se perdre est un régal.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Roxio le 10.10.2018 09:31 Report dénoncer ce commentaire

    A l'heure où on nous parle de réchauffement climatique et d'urgence pour la planète, on peut se demander sérieusement si la démultiplication des bateaux de croisières dont les moteurs tournent au fioul lourd n'est pas une hérésie...

Les derniers commentaires

  • Roxio le 10.10.2018 09:31 Report dénoncer ce commentaire

    A l'heure où on nous parle de réchauffement climatique et d'urgence pour la planète, on peut se demander sérieusement si la démultiplication des bateaux de croisières dont les moteurs tournent au fioul lourd n'est pas une hérésie...