Alimentation au Luxembourg

06 juin 2019 07:00; Act: 06.06.2019 09:35 Print

Fruit Coop: la production qui promeut l'intégration

La Fruit Coop, atelier protégé de la Ligue HMC, produit des fruits et des légumes destinés à la vente aux particuliers et aux professionnels.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

C'est l'effervescence sur le site de la Ligue luxembourgeoise pour le secours aux enfants, aux adolescents et aux adultes mentalement ou cérébralement handicapés (HMC) à Capellen.

Immédiatement à gauche dans l'entrée du local, un homme remplit consciencieusement de compote de grosses poches en plastique. À quelques mètres de là, des femmes scrutent des pommes préalablement pelées par une machine. «C'est une sorte de contrôle qualité pour ne rien laisser au hasard», confie Claude Collette, responsable de la Fruit Coop, l'un des multiples ateliers protégés de la Ligue HMC.

Avec du personnel spécialisé, les personnes atteintes d'un handicap y produisent et commercialisent des produits de grande qualité. «La culture de fruits et légumes ainsi que le traitement de ces produits représentent une partie significative de leur intégration sociale et professionnelle», rappelle Claude Collette.

5 000 arbres et 8 000 plants de fraises

Une trentaine de personnes sous la conduite du personnel encadrant sont assignées à différentes tâches: tri, livraison, conditionnement, préparation des commandes...

La Fruit Coop s'appuie sur une production personnelle qui s'étend sur 3 000 hectares sur le territoire de la commune d'Olm. «Nous avons 5 000 arbres, des pommiers, des poiriers, 8 000 plants de fraises, des framboisiers, mais également des légumes tels que les carottes, les salades, les oignons...».

Toute cette production, à laquelle s'ajoutent le jus de pomme, la compote et les confitures préparés au sein de l'atelier, est destinée à la vente directe aux particuliers ainsi qu'aux professionnels (crèches, maisons de retraite...).

«Nous avons pris la relève»

La Fruit Coop s'est également associée avec les producteurs de fruits de la région et avec l'enseigne Cactus. «Depuis dix ans, nous produisons des chips de pommes pour Cactus», précise Claude Collette. À cet égard, un kilo de pommes est nécessaire pour réaliser un paquet de 100 g de chips!

Tout récemment, l'atelier vient de se lancer dans la réalisation d'une vinaigrette pour Cactus. «Le producteur d'huile de colza qui travaillait initialement avec Cactus a pris sa retraite il y a un an. Nous avons pris la relève. Nous rachetons l'huile au producteur et ajoutons nos propres ingrédients, tous locaux: la moutarde, le vinaigre, les oignons, le jus de pomme». C'est une recette propre à la Fruit Coop, issue de plusieurs mois de recherche. «Et c'est une vinaigrette sans conservateurs», se félicite Claude Collette.

(Gaël Padiou/L'essentiel)