Sondage en France

20 mars 2018 08:48; Act: 20.03.2018 11:25 Print

Le risque d'allergie chez l'enfant très sous-​​estimé

Le risque d'allergie chez un enfant est nettement sous-estimé par les parents, révèle un sondage publié mardi, à l'occasion de la Journée française de l'allergie.

storybild

Le risque d'allergie chez un enfant est nettement sous-estimé par les parents, révèle un sondage.

Sur ce sujet

Le risque d'allergie chez un enfant est nettement sous-estimé par les parents, alors qu'un Français sur quatre est touché, révèle un sondage publié mardi, à l'occasion de la Journée française de l'allergie. Le sondage, réalisé en ligne par l'Ifop auprès de 1 002 personnes majeures du 21 au 23 février, montre que «les Français sont loin d'appréhender la gravité du problème de l'allergie chez l'enfant», d'après l'association Asthme & Allergies.

Les sondés pensent que le risque pour un enfant sans parent allergique d'avoir une allergie lui-même est de 3%, alors que les scientifiques l'évaluent à 10%. Pour les enfants ayant un parent allergique ou deux parents allergiques, les sondés situent ce risque à 21% et 67% respectivement, alors qu'il est en réalité de «30 à 50%» dans le premier cas, et de «jusqu'à 80%» dans le second.

«Les allergies sont aujourd'hui plus graves»

D'après une estimation de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), «25 à 30% de la population est allergique à quelque chose». «Chez l'enfant, les allergies sont aujourd'hui plus graves et plus fréquentes», constate Jocelyne Just, pneumologue-allergologue pédiatrique à l'hôpital Trousseau à Paris, citée par Asthme & Allergies. L'un des problèmes est que les allergies sont diagnostiquées trop tard, ce qui ne fait que les aggraver.

Il s'écoule «sept ans en moyenne entre l'apparition des premiers symptômes allergiques et la consultation d’un allergologue», déplore l'association. Celle-ci cite le problème des rhinites allergiques, bénignes, qui vont dégénérer en asthme. Et elle rappelle qu'une allergie peut se déclarer et être dépistée à tout âge, même «dans les premiers mois de la vie».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.