En Afrique du Sud

30 septembre 2018 11:21; Act: 01.10.2018 12:29 Print

Naissance des premiers lions-​​éprouvette

Des chercheurs d'Afrique du Sud ont conçu des lionceaux grâce à une insémination artificielle. Cette réussite marque un tournant scientifique.

Une faute?

Le 25 août 2018, les chercheurs du Ukutula Conservation Center d'Afrique du Sud se sont réveillés avec les premiers lionceaux nés grâce à une insémination artificielle. Cette réussite marque un tournant pour les lions et autres espèces félines en voie de disparition. Même à les observer de près, rien ne distingue des autres les deux lionceaux qui se mordillent en grognant joyeusement dans leur enclos de la banlieue de Pretoria. Pourtant, ces nouveau-nés sont totalement uniques.

«Ils sont les tout premiers lionceaux conçus par insémination artificielle, les premiers au monde», ont annoncé fièrement leurs «parents», chercheurs à l'université de la capitale sud-africaine. Les deux petits lionceaux-éprouvette - une femelle baptisée Isabel et un mâle nommé Victor - sont nés le 25 août et se portent à merveille, assure Andre Ganswindt, le directeur de l'Institut de recherche sur les mammifères de Pretoria. L'heureux événement a concrétisé dix-huit mois d'essais scientifiques intensifs. «Nous avons collecté le sperme d'un lion en bonne santé» puis inséminé la lionne, explique M. Ganswindt. «Par chance, ça a marché», s'étonne-t-il encore, «nous avons procédé à plusieurs tentatives mais, à ma grande surprise, cela ne nous a pas pris trop de temps pour réussir».

Une tâche pas aisée

«Travailler avec des animaux sauvages, surtout des carnivores, est un défi», explique l'une des chercheuses, Imke Luders. «Les femelles ont été habituées à donner, sans anesthésie, des échantillons sanguins et des tests cytologiques de façon à déterminer les étapes de leur cycle d'ovulation», explique-t-elle. La vétérinaire espagnole Isabel Callealta, qui a dirigé l'équipe, a personnellement entraîné les lionnes à s'allonger le long d'une clôture, le temps de procéder aux tests. La fécondation elle-même a été menée dans un laboratoire spécialisé d'Ukutula, dans la province sud-africaine du Nord-Ouest. Andre Ganswindt espère désormais répéter au plus vite la manipulation. «C'était une première, nous devons l'évaluer pour nous assurer que cette approche peut être reproduite avec succès et plus régulièrement», souligne-t-il.

À l'échelle de la planète, la population des lions a chuté de 43% depuis vingt ans pour atteindre aujourd'hui quelque 20 000 spécimens, estime l'Union internationale pour la protection de la nature (UICN), qui a classé le prédateur dans la catégorie des espèces vulnérables. «La population des lions a diminué significativement, de même que celles de nombreux autres félins. Si nous ne faisons rien, ils risquent de disparaître», s'alarme Andre Gandswindt. Avec la fécondation in vitro, «nous pourrions nous épargner au moins temporairement le déplacement des animaux pour les faire s'accoupler et simplement acheminer le sperme auprès de femelles, comme cela se fait déjà pour les éléphants en captivité en Amérique du Nord ou en Europe», décrit-il. «La naissance des premiers lionceaux par insémination artificielle dans le pays où ils vivent et non pas dans un zoo à l'étranger (...) montre que la protection peut avoir plusieurs facettes», se réjouit, elle aussi, Imke Luders.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Léon le 01.10.2018 08:39 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème c’est simplement l’homme et pas les animaux.

  • Sage le 30.09.2018 15:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore en fois la reproduction artificielle !!!! Laissez faire la nature !!! A l être humain de la respecté !!!!

  • léa le 01.10.2018 00:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui laissez faire la nature ....!!!!

Les derniers commentaires

  • Léon le 01.10.2018 08:39 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème c’est simplement l’homme et pas les animaux.

  • pep le 01.10.2018 07:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça ne leurs donnera toujours pas plus d’espace pour vivre

  • takeru le 01.10.2018 03:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ce n est pas artificiel!

  • léa le 01.10.2018 00:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui laissez faire la nature ....!!!!

  • greco34677 le 30.09.2018 23:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    D accord avec vous sur ce point.. laissons la nature. par contre, ce sont des animaux en voie de disparition.. et je trouve cela très bien