Applications mobiles

17 mai 2018 15:55; Act: 17.05.2018 16:18 Print

Les femmes pistées même pendant leurs règles

En utilisant des apps destinées au suivi de leurs règles, les femmes mettent leur intimité en péril. Leurs données personnelles sont utilisées à leur insu.

storybild

Il suffit de taper «application règles» sur Google Play et une multitude de choix sont proposés. (photo: Capture d'écran Google Play)

Sur ce sujet

Prévoir ses règles, repérer ses périodes de fertilité, suivre la durée de son cycle..., cela paraît complexe. Du coup, il existe des applications spécialement créées à cet effet. En 2016, des chercheurs de l'université de Columbia en ont compté 225, dont 108 gratuites.

Mais utiliser ce genre d’app n’est pas sans conséquence pour notre vie privée. Selon Coding Rights, une plateforme brésilienne spécialisée dans le droit sur le web, certaines de nos informations seraient vendues à des sociétés tierces. Une fois installée, l'application enregistre tout. Pour preuve, certaines d'entre elles enregistrent le nombre de connexions sur Facebook ou de recherches Google.

Faire preuve de vigilance

Les règles de confidentialité de Glow, par exemple, stipulent que l'app peut «conserver des copies de votre contenu indéfiniment même après avoir clôturé votre compte.» Certaines applications diffusent des données sans l'accord de ses utilisatrices. C’est le cas de Flo Menstrual Calendar qui explique: «En poursuivant l'installation, vous donnez votre accord» lorsque vous téléchargez l'application. Lovecycles, de son côté, partage des infos avec GoogleFit et Apple Health. Une enquête de l'ONG Consumer Report montre que Glow comportait de nombreuses failles de sécurité facilitant ainsi la tâche aux potentiels pirates.

Pour se prémunir tout en profitant du service, il existe quand même quelques règles (!) à suivre. Tout d’abord, choisir une appli qui ne nécessite pas de créer un compte. Ainsi, seules les données volontairement livrées au moment de l'inscription seront accessibles. Il faut aussi jeter un œil aux paramètres de confidentialité sur le téléphone et bloquer l'accès à des données spécifiques. Enfin, cela peut paraître bête, mais il est important de faire attention à ce que l’on décide de partager comme info.

(L'essentiel/Valentina San Martin)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Povre louloute le 18.05.2018 09:52 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi rapporter cela aux femmes? Encore un besoin de victimisation? L’utilisation des apps quel qu’elles soient et par qui que cela soit, est un risque pour la vie privée. Qui vérifie la sécurité de l'application, des serveur de données,...? Mieux, combien regarde bien les autorisations d'accès qu'ils octroient à l'application? Combien se disent alors " tient aucun rapport avec mon répertoire, donc pas question que je donne accès et installe cette application"?

  • RamBo le 17.05.2018 21:09 Report dénoncer ce commentaire

    Infernal ! Mais qu'elles arrêtent de vivre selon des "applications" !

  • torolkozo le 17.05.2018 18:23 Report dénoncer ce commentaire

    Big Brother nous regarde tout le temps mais en réalité bien des gens ne sont pas vigilants avec leurs données alors il ne doivent pas s'étonner si des aventures leur arrivent !!!

Les derniers commentaires

  • Povre louloute le 18.05.2018 09:52 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi rapporter cela aux femmes? Encore un besoin de victimisation? L’utilisation des apps quel qu’elles soient et par qui que cela soit, est un risque pour la vie privée. Qui vérifie la sécurité de l'application, des serveur de données,...? Mieux, combien regarde bien les autorisations d'accès qu'ils octroient à l'application? Combien se disent alors " tient aucun rapport avec mon répertoire, donc pas question que je donne accès et installe cette application"?

    • RamBo le 18.05.2018 11:14 Report dénoncer ce commentaire

      Biensûr ! Voilà pourquoi je n'utilise pas la moindre application. Mais je vis ma vie réelle !

  • RamBo le 17.05.2018 21:09 Report dénoncer ce commentaire

    Infernal ! Mais qu'elles arrêtent de vivre selon des "applications" !

  • torolkozo le 17.05.2018 18:23 Report dénoncer ce commentaire

    Big Brother nous regarde tout le temps mais en réalité bien des gens ne sont pas vigilants avec leurs données alors il ne doivent pas s'étonner si des aventures leur arrivent !!!