Sur Instagram

14 décembre 2016 10:46; Act: 14.12.2016 11:23 Print

Ils défient la censure en publiant leurs tétons

Avec le compte Instagram Genderless Nipples, les lois strictes de la censure sur les réseaux sociaux sont mises au défi. Comment? Avec des photos de tétons. Explications.

storybild

Sur ce sujet
Une faute?

Les tétons viendront-ils à bout de la censure sur les réseaux sociaux? Un compte Instagram a trouvé le moyen de mettre en évidence la politique très critiquée de Facebook, selon laquelle toute image qui montre un sein féminin est étiquetée comme pornographique. Une façon de penser relativement discutable puisque le réseau social de Mark Zuckerberg, propriétaire d'Instagram depuis 2012, estime que des œuvres d'art célèbres, des photos historiques entrées dans les mémoires collectives ou encore les images de mammographies sont considérées comme pornographiques.

En France, une prof est d'ailleurs actuellement en plein litige avec Facebook, qui a effacé sa publication de L'Origine du monde, célèbre tableau de Gustave Courbet qui a peint le vagin d'une femme. Une image bien trop explicite et pornographique pour FB et Instagram, qui font abstraction de la valeur artistique de la peinture.

Une femme qui allaite, ça passe

Lorsqu'il s'agit de seins, la censure des images concerne surtout «celles dont on voit les tétons», explique Facebook, dans ses dernières modifications des paramètres de sécurité. Par contre, «une femme qui donne le sein à son enfant ou qui veut montrer les traces d'une mastectomie» sont autorisées à publier leurs photos, puisque le téton est absent de l'image.

Du coup, le compte Genderless Nipples (NDLR: «Des tétons dont on ne sait pas s'ils appartiennent à un homme ou à une femme») passe à l'offensive et va à l'encontre de cette politique, en se demandant d'abord pourquoi les tétons d'un homme peuvent être publiés mais pas ceux d'une femme.

Des tétons en gros plan

«Soutenons toutes les identités! Changeons cette politique», peut-on lire dans la description du compte Instagram, qui, dans un deuxième temps, propose une stratégie très simple: publier des photos de tétons uniquement en gros plan, afin de ne pas pouvoir déterminer s'il s'agit de ceux d'un homme ou d'une femme.

Le but? Empêcher Facebook et Instagram de censurer les images dont on ne sait pas à quel genre appartient le téton et envoyer l'argument de la pornographie aux oubliettes.

(L'essentiel/dro)