Au Vietnam

11 février 2018 14:40; Act: 11.02.2018 14:50 Print

Des arts martiaux pour lutter contre les jeux vidéo

Une école vietnamienne propose de participer à des arts martiaux, dans le but de lutter contre la dépendance des patients aux jeux vidéo.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

La jeune Vietnamienne Tran Nguyen Nhat An passait jusqu'à 18 heures par jour scotchée à son écran jusqu'à ce que ses parents la confient à une école spécialisée dans les addictions, mêlant discipline de fer et art martial. À son arrivée dans cette structure, l'adolescente de 16 ans a dû se plier à de nouvelles règles, à commencer par la confiscation de son téléphone portable. Puis elle a dû s'habituer à se lever tous les jours de la semaine avant l'aube, à 05h30. Surtout, elle a dû se mettre aussi au vovinam, un art martial qui impose un grand contrôle physique mais aussi émotionnel, des vertus que tentent d'enseigner les professeurs.

Preuve du problème de santé publique mondial posé par ce phénomène d'addiction, le «trouble du jeu vidéo» (Gaming disorder) va être reconnu prochainement comme une maladie par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Paradoxalement, dans le même temps, les partisans de l'inclusion de «l'eSport» (la pratique des jeux vidéos) aux JO sont pris de plus en plus au sérieux. Tran Nguyen Nhat An y a finalement trouvé ses marques, après plusieurs semaines difficiles de sevrage des jeux vidéos mais aussi de son addiction à l'alcool: «Avant, j'étais déprimée dans ma chambre. Je ne faisais aucun exercice, je ne parlais à personne... Ici je peux parler à beaucoup de gens».

Sur le campus de cet Institut pour le développement du Vovinam et du Sport (IVS), quelque 300 enfants et adolescents sont scolarisés et au total, près de mille jeunes, entre 13 et 19 ans, sont pris en charge à travers le pays sur cinq campus. Certains sont là pour des problèmes d'alcoolisme ou de rébellion à l'autorité parentale. Beaucoup sont accros aux jeux vidéos. Car cette addiction est un phénomène qui inquiète les autorités, dans ce pays où plus de 50% de la population a moins de 30 ans.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sofian le 12.02.2018 09:39 Report dénoncer ce commentaire

    C'est formidable, qu'attendons-nous pour faire de même?

  • Chantal le 12.02.2018 15:20 Report dénoncer ce commentaire

    Non à la violence, et puis de toute façon toute Luxembourgeoise qui se respecte trouvera le sport indigne d'elle.

  • Maurice le 12.02.2018 12:54 Report dénoncer ce commentaire

    On devrait rendre obligatoire la pratique d'au moins un sport, quelque soit l'âge.

Les derniers commentaires

  • Chantal le 12.02.2018 15:20 Report dénoncer ce commentaire

    Non à la violence, et puis de toute façon toute Luxembourgeoise qui se respecte trouvera le sport indigne d'elle.

  • Maurice le 12.02.2018 12:54 Report dénoncer ce commentaire

    On devrait rendre obligatoire la pratique d'au moins un sport, quelque soit l'âge.

  • Sofian le 12.02.2018 09:39 Report dénoncer ce commentaire

    C'est formidable, qu'attendons-nous pour faire de même?