Nouvelle tendance

20 septembre 2018 09:00; Act: 18.09.2018 14:09 Print

Massages et jeux pour se détendre au travail

Des entreprises chinoises font appel à des femmes afin de détendre les développeurs web débordés par leur travail.

storybild

Conversations, jeux, massages: les dames soignent ces messieurs trop stressés.

Sur ce sujet
Une faute?

De nombreuses start-up se sont fait remarquer pour le souci qu’elles accordent à la qualité de vie au travail. Elles dorlotent les développeurs, une catégorie de salariés difficile à fidéliser. Contrairement aux Américains, les Chinois ne séduisent pas ces talents à coup de vacances illimitées. Pour égayer leurs journées passées devant leur écran et maintenir leur productivité, les employeurs recrutent des «femmes de compagnie». Leur rôle: être aux petits soins de ces hommes débordés et parfois même asociaux.

Yue Shen, 25 ans, a été engagée en octobre par la société Chainfin.com, spécialisée dans le crédit à la consommation. «Ces informaticiens ont vraiment besoin de quelqu’un pour leur parler de temps en temps et leur organiser des activités afin d’alléger la pression», explique-t-elle au New York Times. En plus de leur prêter une oreille attentive, elle leur prodigue des massages ou organise des jeux afin qu’ils pratiquent une activité physique. Les ressources humaines reconnaissent avoir choisi Yue Shen plus pour son physique attrayant, sa voix douce et son rire communicatif que pour ses diplômes.

Les références sexistes sont courantes dans les offres d’emploi en Chine. Des géants comme Baidu, Alibaba et Tencent ont publié à plusieurs reprises des annonces de recrutement vantant les belles filles travaillant chez eux, selon l’ONG Human Rights Watch.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.