Selon une étude

26 septembre 2017 12:06; Act: 26.09.2017 16:16 Print

La population de pandas grandit, pas leur territoire

Si les pandas géants sont aujourd'hui plus nombreux, leur aire de répartition est en revanche plus petite qu'il y a trente ans, ce qui entraîne «un risque élevé» d'extinction locale.

storybild

Selon le recensement national réalisé par la Chine de 2011 à 2014, il y avait 1 864 pandas géants dans la nature. (photo: AFP/Kazuhiro Nogi)

Sur ce sujet
Une faute?

En 2013, cette aire de répartition avait diminué de 1,7% par rapport à 1988, date à laquelle le panda était considéré comme en danger par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), selon cette étude de la revue Nature Ecology & Evolution. En 2016, le panda est passé de la catégorie «en danger» sur la liste rouge de l'UICN à la catégorie «vulnérable», ce qui signifie qu'il est toujours menacé mais sur une pente positive.

Selon le recensement national réalisé par la Chine de 2011 à 2014, il y avait 1 864 pandas géants dans la nature, contre 1 216 en 1988. L'évaluation de l'UICN «est basée presque exclusivement sur le nombre de pandas», «ignorant les menaces émergentes», estiment toutefois les chercheurs. «Il y a beaucoup de bonnes nouvelles pour le panda - sa population augmente, une beaucoup plus grande partie de son habitat est protégée, la déforestation a cessé», a déclaré l'un des auteurs, Stuart Pimm, de la Duke University à Durham (États-Unis).

Des menaces subsistent

«Mais il y a aussi de mauvaises nouvelles: l'habitat du panda est beaucoup plus fragmenté que dans le passé et de petits espaces pourraient ne pas abriter des populations viables». Les pandas vivent dans six zones montagneuses, se répartissant en trente groupes isolés dont 18 comptent au maximum dix individus. Ces petits groupes sont confrontés à «un risque élevé d'extinction», alertent les chercheurs.

«Nos conclusions dessinent un tableau plus compliqué qui met en garde contre toute autosatisfaction», écrivent-ils. «La déforestation à des fins commerciales a été l'activité la plus nocive», constatent-ils. La création de réserves naturelles à partir des années 1960 a permis de réduire «de manière significative» la perte d'habitat mais des menaces subsistent.

Les chercheurs préconisent la création de «corridors»

Les pandas vivent dans l'une des régions de Chine les plus touchées par les tremblements de terre. Ces séismes «ont détruit de larges zones d'habitat». Selon les chercheurs, 71,1% des pertes d'habitat constatées entre 2001 et 2013 sont imputables au tremblement de terre survenu en 2008 dans le Sichuan. La construction de routes est aussi «un facteur important de perte d'habitat et de fragmentation».

Or, constatent les auteurs, «la densité des routes était 2,7 fois plus importante en 2013 qu'en 1976». Le tourisme constitue une autre menace, selon les chercheurs. Quant au réchauffement climatique, il pourrait modifier la quantité et la répartition des espèces de bambous dont se nourrissent les pandas. Les chercheurs préconisent notamment la création de «corridors» pour connecter les populations isolées et le développement des réserves.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.