Alcoolisme en France

12 février 2018 11:23; Act: 12.02.2018 11:22 Print

«Facile de passer à côté de l'addiction d'un proche»

L'alcoolisme des femmes peut longtemps passer inaperçu: c'est ce que montre un jeu vidéo testé en France.

storybild

L'alcoolisme concerne au moins 500 000 femmes en France. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Dans ce jeu vidéo, 7 000 joueurs ont fouillé, virtuellement ou physiquement, l'appartement de Laurence sans réussir à découvrir les indices de sa maladie. «Le secret de Laurence (lesecretdelaurence.com) est un jeu pédagogique qui démontre qu'il est facile de passer à côté de l'addiction d'un proche», explique le professeur Michel Reynaud, président du Fonds Actions Addictions, initiateur du portail addictaide.fr. Ce site, qui centralise tous les moyens de s'informer et de se faire aider en matière d'addictions (alcool, tabac, jeux, héroïne...), dévoile lundi la solution à l'énigme dans le cadre d'une opération de sensibilisation et d'information relayée sur les réseaux sociaux.

Le portail propose une autoévaluation pour la personne touchée et fournit aux proches (section «la maison des familles») des informations sur les stratégies à adopter, un annuaire des professionnels de santé et des numéros des aides téléphoniques. «La sensibilisation et l'information sont d'autant plus importantes que l'on peut, hélas, prédire une épidémie d'alcoolisme dans les dix ans qui viennent avec la banalisation des ivresses et des alcoolisations massives chez les jeunes femmes», assure ce spécialiste.

Des indices pourtant facile à déceler

En 2016, la plateforme addictaide avait lancée dans le même esprit l'opération «Louise Delage : like my addiction», personnage fictif photogénique qui postait sur Instagram des photos de ses excès alcooliques sans que ceux qui appréciaient ces images ne voient son problème. Le jeu lesecretdelaurence a été réalisé sur le modèle des jeux d'évasion (#Escapegame) grâce au mécénat de l'agence publicitaire BETC. Laurence Cottet, ancien cadre d'un grand groupe du BTP, qui a perdu son mari à 35 ans, est réelle.

Dans l'appartement reconstitué qu'elle habitait, se trouvaient divers indices: laisser-aller général avec meubles cassés non remplacés, tapis taché de rouge (vin), miroirs brisés, frigo avec de la nourriture périmée et jus d'orange dissimulant de la vodka ainsi, entre autres, que des factures impayées, des post-it et de l'argent liquide. «Je prenais beaucoup d'argent liquide (2 à 3 000 euros) pour pouvoir acheter de l'alcool quand j'oubliais mon code de carte bleue», raconte Laurence. «J'ai basculé entre 36 et 48 ans» dit-elle en évoquant les nombreux pots au travail.

Un jour, en 2009, elle s'effondre ivre à une réception de 650 personnes dans son entreprise. L'incident l'a sauvée : «je n'avais plus à me cacher». «48 heures après» elle se faisait prendre en charge et ne boit plus «depuis 9 ans». Pendant plus d'une dizaine d'années, son entourage professionnel, amical et familial n'a pas su, puis n'a rien fait: ce qui se passe dans la majorité des cas, souligne le Pr Reynaud. «Donc il faut agir au plus tôt». En France sur 5 millions de personnes ayant des problèmes avec l'alcool, 1,5 million sont des femmes. Parmi ces dernières, entre 500 000 et 800 000 souffrent d'une dépendance à l'alcool, relève-t-il.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • ..Bob.. le 12.02.2018 13:52 Report dénoncer ce commentaire

    On a tous dans notre entourage un ou plusieurs collègues dont on sait qu'ils picolent et nous ne faisons rien. Pourquoi, parce que c'est un choix premièrement et que l'alcool fait partie de la vie des adultes et qu'elle est vendue librement. De ce fait, personne n'embête une personne alcoolique qui de toute façon, ne se laissera rien dire sur son addiction.

  • Picolo le 12.02.2018 17:40 Report dénoncer ce commentaire

    En même temps, toute personne qui a bu plus d'un verre d'une boisson alcoolisée est alcoolique, si on écoute les AA. Donc difficile de dire qui l'est.

  • Sirius Black le 12.02.2018 15:22 Report dénoncer ce commentaire

    Ma femme est addict aux Jo! Que puis-je faire?

Les derniers commentaires

  • Jacub le 13.02.2018 12:51 Report dénoncer ce commentaire

    En ce qui me concerne, il est hors de question que j'entretienne une quelconque relation avec une femme qui boit autre chose que de l'eau, qui fume .

  • jelesuis le 13.02.2018 10:05 Report dénoncer ce commentaire

    et croyez moi c'est tres dur de se battre contre cette addiction

  • Une femme le 12.02.2018 19:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui sinon après on est démaquillé, on dit des gros mots et j'en passe.. on devrait même arrêter de conduire parce que on est pas jolie quand on s'énerve. Merci mon pote et à la tienne

    • Une femme le 13.02.2018 08:58 Report dénoncer ce commentaire

      C'était ironique hein

  • Picolo le 12.02.2018 17:40 Report dénoncer ce commentaire

    En même temps, toute personne qui a bu plus d'un verre d'une boisson alcoolisée est alcoolique, si on écoute les AA. Donc difficile de dire qui l'est.

  • Sirius Black le 12.02.2018 15:22 Report dénoncer ce commentaire

    Ma femme est addict aux Jo! Que puis-je faire?