Design culinaire

05 mai 2015 12:35; Act: 05.05.2015 17:51 Print

Des créations textiles au léger goût de saumon

Cecilie Elisabeth Rudolph est une jeune créatrice de tissus et une gastronome. La Danoise a couplé ses deux passions. Le résultat est étonnant.

storybild

Après avoir été traitées dans un fumoir, les peaux sont ciselées au laser par la designer. (photo: Per Krogh)

Une faute?

«La cuisine scandinave est très à la mode. Au Danemark, notamment, nous consommons beaucoup de poisson, mais pas les peaux. J’ai voulu démontrer qu’il était possible de faire quelque chose de beau et de bon avec ce rebut». Cecilie Elisabeth Rudolph en a fait de la dentelle comestible. Sa matière première, du saumon, provient de la prestigieuse Norwegian Smokehouse de Londres.

C’est justement dans la capitale britannique que réside la designer textile âgée de 28 ans. L’année passée, elle a été diplômée de la Central Saint Martins, une des écoles les plus en vue du monde. Elle était présente à la Design Week de Milan en avril dernier pour exposer son projet original et poétique.

Elle travaille sur le jeu des illusions

Les peaux sont fumées de manière artisanale et pren­nent alors une teinte dorée. D’autres sont colorées avec de la betterave rouge avant d’être salées. C’est à ce moment-là que Cecilie s’arme d’un laser pour obtenir des motifs ciselés. La préparation se déguste sur du pain beurré, à la manière du smorrebrod, un en-cas typiquement danois. En bouche, la dentelle craque sous la dent et diffuse ses arômes marins.

La jeune femme aime travailler sur le jeu des illusions. «J’utilise ma connaissance du textile pour la coupler avec ma passion pour la gastronomie», dit-elle. C’est pourquoi elle a réalisé «Food as an Image», une collection de tissus inspirée par les produits de la mer. Il y a, par exemple, une résille ornée de «caviar», idéale pour tailler une robe sirène. En réalité, les œufs de poisson sont des billes en PVC. On les aurait pourtant bien dégustées à la louche.

(L'essentiel/Emmanuel Coissy)