Japon

07 décembre 2017 09:15; Act: 07.12.2017 14:52 Print

Imiter Mario Kart oui, mais avec une ceinture

Désormais, il faudra s'attacher pour rouler dans les rues de Tokyo comme dans le célèbre jeu de Nintendo.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Les fans du mythique jeu vidéo de Nintendo Mario Kart pourront continuer à faire du karting sur les boulevards des villes japonaises, mais devront bientôt mettre la ceinture, a indiqué jeudi, le ministère des Transports, s'inquiétant d'accidents à répétition.

Les personnes visitant Tokyo pour la première fois sont souvent médusées à la vue de convois de ces petites monoplaces dotées d'un moteur de petite cylindrée, souvent conduites par des touristes déguisés en Mario ou d'autres personnages de l'univers Nintendo.

Contrairement à de nombreux pays, rouler en kart sur la voie publique est autorisé au Japon. Plusieurs sociétés exploitent le filon et proposent depuis quelques années des tours en ville sur le mode de Mario Kart, notamment dans le quartier cossu de Ginza, à Tokyo, comme dans la vidéo en haut de cet article.

Le casque, pas obligatoire

Mais après plusieurs accidents, le ministère des Transports a décidé de rendre obligatoire le port de la ceinture pour de tels véhicules, qui en sont pour le moment dénués, selon un fonctionnaire du ministère interrogé par l'AFP.

Porter un casque en karting n'est pas non plus obligatoire pour le moment au Japon, a précisé ce fonctionnaire souhaitant garder l'anonymat. «C'est dangereux, parce que les autres véhicules ne peuvent pas voir (NDLR: les karts), du fait de leur faible hauteur», a-t-il estimé.

Le ministère compte mettre en place d'ici quelques années ces nouvelles réglementations pour les karts, qui vont aussi impliquer d'autres modifications des véhicules pour renforcer leur sécurité.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.