Spécialité culinaire

06 avril 2018 14:19; Act: 06.04.2018 16:36 Print

Les tarentules, victimes des gastronomes

Les tarentules grillées font le bonheur des touristes au Cambodge, intrigués par cette curiosité culinaire locale.

Sur ce sujet

Les tarentules sont de moins en moins nombreuses au Cambodge, victimes de la déforestation et des chasseurs approvisionnant le marché en araignée fraîche. «Les a-pings sont fameuses au Cambodge, mais se font maintenant de plus en plus rares», se lamente Chea Voeun, qui vend des tarentules fraîches ou déjà cuites depuis vingt ans sur le marché de Skun, une petite ville située à 75 kilomètres de la capitale Phnom Penh.

Skun s'est spécialisée dans la tarentule zèbre, dite «a-ping» en khmer, ce qui lui a valu le surnom de «ville des araignées». Certains touristes viennent spécialement de Phnom Penh pour visiter son marché, d'autres y font une halte gastronomique sur la route menant à Siem Reap et aux temples d'Angkor.

Une touriste australienne, Elisabeth Dark, décrit «le croustillant» de la chair de la tarentule. «Je n'ai mangé que les pattes de l'araignée, c'est la première fois que je goûtais ça, alors j'avais un peu peur», explique cette touriste, qui a poursuivi son expérience gastronomique avec des grenouilles et des criquets, vendus eux aussi sur le marché de Skun. «Ce n'est pas ce que je mangerais chez moi, mais je suis ici donc c'est l'occasion d'essayer», explique-t-elle.

La tarentule, souvent cuisinée trempée dans de l'ail et du sel puis grillée à l'huile, est désormais vendue près d'un euro pièce sur le marché de Skun. Soit dix fois plus cher qu'il y a encore quelques années. En cause, la raréfaction de l'animal, expliquent les vendeurs: les tarentules sont de plus en plus difficiles à dénicher dans les jungles avoisinantes des provinces de Kampong Thom et Preah Vihear.

La tarentule ne fait pas partie des espèces menacées au Cambodge, contrairement au léopard, au tigre ou à l'éléphant d'Asie. Mais comme l'ensemble de la faune de ce pays d'Asie du Sud-Est, elle subit de plein fouet les conséquences d'une déforestation massive, qui détruit leur habitat naturel.

«Le Cambodge est un des pays d'Asie du Sud-Est doté de la plus grande biodiversité», mais «la forêt a reculé de 20% depuis 1990», s'inquiète l'ONG Fauna & Flora International (FFI): à cause du développement des plantations, notamment d'arbres à caoutchouc, de la coupe illégale de bois précieux, souvent exportés vers la Chine, mais aussi de la construction de routes et de l'absence de quotas de chasse.

Chasse non régulée

«En Asie du Sud-Est, c'est la chasse non régulée dans les forêts plutôt que la destruction de l'habitat qui a le plus grave impact sur la biodiversité», souligne Tom Gray, un biologiste de l'ONG Wildlife Alliance interrogé par l'AFP. Mais pour l'heure, les vendeurs de Skun réussissent toujours à offrir chaque jour des centaines de tarentules fraîches, qui grouillent dans d'énormes sacs de jute, à ceux qui veulent les cuisiner eux-mêmes ou en faire des potions de médecine traditionnelle.

Certains commerçants comme Chea Voeun proposent aux touristes d'apprendre à les cuisiner et de s'initier à la technique de capture des tarentules, dans les prés alentour. Il s'agit de creuser un puits à la verticale de leur terrier souterrain, reconnaissable par la toile d'araignée obstruant l'entrée.

«La tarentule est réputée dans le monde entier pour son goût délicieux et ses qualités médicinales», assure Chea Voeun. On peut acheter sur le marché des décoctions de tarentules, macérées dans de l'alcool de riz: les croyances populaires leur prêtent les vertus de remèdes anti-toux et anti-mal de dos.

On trouve au Cambodge comme en Thaïlande, des araignées grillées, des criquets et des scorpions, les insectes étant un aliment traditionnel dans le Sud-est asiatique. Et au Cambodge, les tarentules se sont révélées être une source de protéine prisée pendant la période des Khmers rouges, qui a vu près de deux millions de Cambodgiens mourir, souvent de malnutrition dans des camps de travail.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sagga le 06.04.2018 16:06 Report dénoncer ce commentaire

    Franchement... non.

  • Paul b le 06.04.2018 22:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je n'arrive pas a manger des escargots ni des choses de grenouilles. La tarentule c'est pareil.

  • gonzi le 08.04.2018 06:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je pense si on aurait rien à manger, on les mangerait aussi !!!!!!! Dégoûtant mais bon rien sous la dents tout y passe !!!!!!!

Les derniers commentaires

  • gonzi le 08.04.2018 06:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je pense si on aurait rien à manger, on les mangerait aussi !!!!!!! Dégoûtant mais bon rien sous la dents tout y passe !!!!!!!

  • Raquel nogueira le 07.04.2018 20:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est degueulasse

  • Paul b le 06.04.2018 22:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je n'arrive pas a manger des escargots ni des choses de grenouilles. La tarentule c'est pareil.

  • briciola le 06.04.2018 21:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    degueulasse non merci

  • torolkozo le 06.04.2018 16:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça nous paraît écoeurant mais c'est comme les escargots pour les autres sans parler des cuisses de grenouilles il faut être tolérant on a pas le choix !!!