Bande dessinée

04 mai 2016 09:00; Act: 03.05.2016 19:41 Print

Loustal repart de «Noir» pour faire «Black Dog»

Signé Götting et Loustal, «Black Dog» est en fait le remake de «Noir», publié par Götting en 2012. Une démarche osée et réussie.

storybild

«Black Dog». Loustal et Götting. Casterman.

Une faute?

Quand Jean-Claude Götting a sorti «Noir» en 2012, il était loin de s'imaginer que Jacques de Loustal lui demanderait d'en faire un jour «Black Dog», après avoir fait ensemble «Pigalle 62-27». Pour Götting, «Noir» était comme «une petite récréation en forme d’exercice de style. Et un hommage aux roman et cinéma noirs».

Mais Loustal n’avait aucune envie de se replonger dans les années 50 car cela renvoyait à une imagerie qu'il avait déjà beaucoup traitée, «notamment pour "Pigalle 62-27" ou "Le sang des voyous"». Alors, il a pensé qu’il était possible de transposer l’histoire dans les années 70-80. «J'ai dit à Jean-Claude Götting: "C’est comme si tu avais fait un film roumain muet en noir et blanc". Mais moi j’ai envie d’une production hollywoodienne».

«Je voyais une ambiance californienne»

«Black Dog» évoque la descente aux enfers frénétique d’un loser absolu. Stefan est paumé, bricole un peu de mécanique dans un garage et n’a plus rien à perdre. Elle est blonde, délaissée par son mari, partage ses journées entre la piscine et les dépanneurs. Il aurait mieux valu ne jamais la croiser. Il aurait dû savoir qu’il faut être d’une autre trempe pour pouvoir abattre un homme de sang-froid.

«Je voyais une ambiance californienne, solaire, dans une intrigue de film très noir… Le décor de mes histoires n’est jamais un simple fond d’image anecdotique. Au contraire, il joue un rôle important», explique Jacques de Loustal. Pour «Black Dog», il s'est abondamment documenté et a revu certains films. «Le méchant s’inspire de celui de "En quatrième vitesse", de Robert Aldrich. Mais il faut savoir limiter les recherches, parce que c’est sans fin...», dit-il.

«J’ai toujours le plaisir»

À partir du synopsis de Jean-Claude Götting, il a gambergé pour réaliser le storyboard, le découpage scène par scène, plan par plan. «C’est à ce moment que je résous les problèmes de cadrage, mais aussi la durée de chaque séquence. Je peux dilater à volonté l’action, introduire même des scènes apparemment gratuites mais qui permettent de faire mieux percevoir l’essence même de l’histoire».

Illustrateur hors pair, Loustal a imposé son propre style. «Je me considère comme un fabricant d’images. J’ai toujours le plaisir, quand je lis un texte, de voir une image apparaître au détour d’une phrase». De fort belles images, «Black Dog» n'en manque pas. Normal, c'est un (excellent) Jacques de Loustal!

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.