Recherche scientifique

06 février 2018 13:22; Act: 06.02.2018 13:36 Print

Une nouvelle technique pour éviter la calvitie

Des chercheurs japonais ont annoncé avoir développé une méthode de culture très rapide de follicules capillaires.

storybild

Les chercheurs ont cultivé 5 000 «germes» en quelques jours alors que les techniques actuelles permettent juste de créer une cinquantaine de «germes» à la fois. (photo: DPA)

Sur ce sujet

Cette découverte pourrait permettre à terme, selon les chercheurs, de dire adieu à la calvitie ou de remédier aux pertes de cheveux dues à la chimiothérapie ou à certaines maladies. Leur étude utilise deux types de cellules placées dans des petits récipients de silicone afin de cultiver des «germes de follicules pileux», source des petites cavités où naît et est nourri le cheveu. Dirigée par le professeur Junji Fukuda de l'Université nationale de Yokohama, l'équipe nippone est parvenue à cultiver 5 000 de ces «germes» en quelques jours.

Cette méthode est présentée comme un grand pas par rapport aux laborieuses techniques existantes qui parviennent à créer juste une cinquantaine de ces «germes» à la fois. Les tests sur des humains ne sont pas envisagés avant cinq ans mais les chercheurs sont convaincus que cette technique pourrait être utilisée pour reconstituer d'abondantes mèches. Elle pourrait également venir en aide aux personnes atteintes de cancers et suivant une chimiothérapie ou souffrant de maladies provoquant une perte de cheveux, a déclaré M. Fukuda, dont les travaux ont été publiés dans la revue Biomaterials.

«Les cliniques spécialisées utilisent souvent des cheveux de la nuque pour les planter sur les zones frontales dégarnies. Le problème c'est que cela n'accroît pas le volume total de cheveux», a expliqué M. Fukuda. Les traitements médicamenteux existants peuvent ralentir la chute des cheveux mais ne parviennent pas forcément à inverser le processus, a-t-il souligné. Un nouveau traitement faisant usage de cette technique pourrait être disponible dans 10 ans, a estimé le professeur.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Stéphane le 06.02.2018 15:40 Report dénoncer ce commentaire

    Ah, enfin une méthode qui marche. J'espère quand même que ce sera prêt avant 10 ans.

  • Ozter le 06.02.2018 15:24 Report dénoncer ce commentaire

    Encore des tests sur des animaux qui n'en demandent rien et ne souffrent guère de calvitie. Pauvres créatures face à l'humain éhoïste

Les derniers commentaires

  • Stéphane le 06.02.2018 15:40 Report dénoncer ce commentaire

    Ah, enfin une méthode qui marche. J'espère quand même que ce sera prêt avant 10 ans.

    • Frère le 06.02.2018 16:42 Report dénoncer ce commentaire

      Faut acheter une moumoutte frère

  • Ozter le 06.02.2018 15:24 Report dénoncer ce commentaire

    Encore des tests sur des animaux qui n'en demandent rien et ne souffrent guère de calvitie. Pauvres créatures face à l'humain éhoïste

    • hyno100 le 06.02.2018 16:08 Report dénoncer ce commentaire

      Et les Hommes et femmes qui souffrent de leur apparence tu fais quoi ? Penses que chaque fois tu sors dehors , tu es regardé comme un contagieux, tu as surement de la chance de ne pas être confronté à genre ce problème.A méditer