Idée voyage

06 juin 2014 10:00; Act: 05.06.2014 20:27 Print

À Bruxelles, la bande dessinée est chez elle

Dans chaque quartier, au détour des rues ou des places, la bande dessinée est vraiment partout dans la capitale de la Belgique.

Voir le diaporama en grand »

Si la bande dessinée telle qu'on la connaît en Europe est dite franco-belge, sa patrie reste Bruxelles. Si raconter des histoires à travers une succession d’images a toujours existé aux quatre coins du monde, la BD (qu'on appelle aussi le 9e art) a vu son histoire commencer réellement à Bruxelles.

Dans Le Petit Vingtième, supplément du quotidien Le Vingtième Siècle, Georges Remi, qui signe Hergé, donne la vie au plus célèbre des reporters: Tintin. Au passage, en 1929, il invente «la ligne claire», style graphique rigoureux et reconnaissable entre mille. Après la Seconde Guerre mondiale, Le Journal Tintin publié par les éditions du Lombard et Le Journal de Spirou publié par Dupuis se battent à coups d'histoires.

On y retrouve les plus grands auteurs BD du XXe siècle: Hergé (Tintin/Quick & Flupke), Peyo (Schtroumpfs/ Johan et Pirlouit), Walthéry (Natacha), Franquin (Gaston Lagaffe/Marsupilami), Edgar P. Jacobs (Blake et Mortimer), Roba (Boule et Bill)... À Bruxelles, les touristes comme les bédéphiles sont captivés par le fameux parcours BD. Une rencontre avec Tintin, Astérix, Blake & Mortimer, Ric Hochet, Bob & Bobette, Lucky Luke... au détour d’une rue ou d'une place.

Une cinquantaine de fresques permettent de faire connaissance avec ces héros de papier, personnages mythiques entrés dans le quotidien des gens par la grâce de leur auteurs. Personnage très belge, Broussaille fut, en juillet 1991, la toute première fresque murale (située Plattesteen, 1000). À voir leur pas, le rouquin et sa sympathique et astucieuse amie Catherine n’ont pas l’intention de traînailler. Ce couple de bonne humeur a envie d’une bonne balade en ville.

Gare du Midi, les voyageurs ne peuvent pas la rater. Depuis la célébration du 100e anniversaire de la naissance de Georges Remi (1907-1983), alias Hergé, une fresque de huit mètres sur huit trône dans l’entrée. Le dessin est un agrandissement de la 56e case de «Tintin en Amérique». Pour faire une pause, il y a «Le Village de la Bande Dessinée», installé place du Grand Sablon. Une sorte de musée essentiellement constitué par des objets ou planches issus de grands collectionneurs. Cette galerie d’art est aussi une librairie et une brasserie

Autre site BD inévitable, le Moof (Museum of original figurines). Une collection des héros de BD sous forme de véritables «petites» œuvres d’art. Avec des figurines particulières pour les tintinophiles tel le vase de Tintin («Le Lotus bleu»). À ne manquer sous aucun prétexte, «La fleur en papier doré». Hergé se rendait souvent dans cet estaminet pour savourer une bonne gueuze. C’est ici que se réunissaient les figures de proue du surréalisme belge. Ce fut aussi le bistrot favori d'un certain Jacques Brel.

Denis Berche