Bande dessinée

18 janvier 2017 09:00; Act: 18.01.2017 12:07 Print

Avec «Duke», Hermann repart pour une nouvelle série western

Grand Prix de la ville d’Angoulême 2016, Hermann repart avec son fils Yves H. pour une série.

storybild

Hermann a obtenu le Grand Prix de la ville d’Angoulême l'an dernier. (photo: Le Lombard)

De ses débuts dans la revue scoute «Plein Feu», au milieu des années 60, à cette nouvelle série «Duke», un demi-siècle plus tard, Hermann (78 ans au compteur) n'est pas encore rassasié. Il cherche, expérimente et se réinvente. L'auteur belge, à qui l'on doit les quatre séries mythiques que sont «Bernard Prince», «Comanche», «Jeremiah» et «Les Tours de Bois-Maury», se frotte à nouveau au western, un genre qui a particulièrement marqué sa carrière.

Après les one-shot que sont «On a tué Wild Bill» (1999) et «Sans pardon» (2014), voici «Duke», nouvelle série née d'une envie commune ressentie avec son scénariste de fils Yves H. de se replonger dans le western. Un genre déjà exploré avec succès dans «Sans pardon». Après plusieurs excellents one-shot («Liens de sang», «Manhattan Beach 1957», «Retour au Congo», «Station 16», ou «Old Pa Anderson»), le duo père-fils a senti le besoin de créer un personnage récurrent, qui vivra des aventures indépendantes les unes des autres.

Nous sommes en 1866. Mc Caulky fait régner la terreur sur Ogden, une bourgade du Colorado. L’ancien desperado est le bras armé de Mullins, le propriétaire d’une mine d’or qui emploie la majeure partie des travailleurs de la région. À Ogden, tout le monde courbe l’échine devant Mullins. Y compris le marshal Emmett Sharp et son adjoint, Duke. Mais cette fois, Mc Caulky et ses hommes sont allés trop loin en abattant de sang-froid la femme et la fille d’un mineur. Écœurés par tant d’exactions et d’impunité, certains habitants de la ville tentent d’assassiner les mercenaires. Faisant fi des recommandations de son supérieur, Duke cherche une solution pour coincer les tueurs et les traîner devant un juge.

Héros pragmatique, mais plein de compassion, Duke va mener le lecteur à travers l’Amérique de la conquête de l’Ouest, à une époque où la justice peine à s’imposer face à la furie des colts. Une belle manière pour Hermann, biberonné aux grands classiques cinématographiques du western, d’entamer une année 2017 alors même que Le Lombard fait reparaître les albums de «Comanche», avec une merveilleuse intégrale en grand format et en noir et blanc des magnifiques planches de cette série mythique.

  • «Duke T. 1 - La boue et le sang». Hermann et Yves H. Le Lombard.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.