Bande dessinée

17 janvier 2018 09:00; Act: 16.01.2018 18:48 Print

Avec «Lonesome», Yves Swolfs revient au western

À 62 ans, Yves Swolfs n'en a toujours pas fini avec le western. Après le révolutionnaire «Durango», il repart avec «Lonesome».

storybild

Il s'agit là du tome 1 d'une série qui devrait occuper Swolfs sur quatre ou cinq albums.

Sur ce sujet

Hiver 1861. Les Border Ruffians du Missouri multiplient les raids contre les Jayhawkers, militants abolitionnistes du Kansas, un État américain qui se déchire sur l’interdiction, ou non, de l’esclavage. Un homme à cheval avance dans la tempête de neige. Blond, barbu, de profonds yeux bleus... Un homme sans nom mais qui semble attendu de pied ferme, dans une taverne isolée.

«Où est Markham?», demande-t-il. Pour le retrouver, il compte sur sa détermination, ses talents de tueur et un étrange don. Il voit le passé et ce qu’il adviendra de ceux qu’il touche. Fusillades, duels, poursuites, règlements de comptes... Yves Swolfs connaît ses classiques en matière de western. Un genre qu’il avait lui-même révolutionné il y a 37 ans avec son tout premier «Durango».

Des «dons»

«"Lonesome" est pour moi une réelle bouffée d’air frais. Cela fait plusieurs années que j’avais cette envie. Je voulais vraiment refaire du western. Mais un western qui soit fantastique», explique ce grand fan de la série télé «Dead Wood». Les «pouvoirs» de son héros ne sont pas sans rappeler ceux d’une autre de ses créations, «James Healer». Une série qu'il n'a jamais vraiment terminée.

«J’aimais cette idée de dons dans lesquels croyaient les Indiens. Des dons qui tiennent plus de la psychologie ou de l’intuition que de la magie». Cet angle d’attaque original lui permet d'élargir le champ de son scénario. «Je crois que "Lonesome" est un concentré de ce que j’ai beaucoup porté, de thèmes qui me sont chers. C’est probablement ma dernière série, elle fait la synthèse de beaucoup de choses».

D'autres secrets

Son solitaire, fine gâchette en quête de vengeance, enfant élevé par les Indiens, ne livre pas tous ses secrets dans ce tome 1 d'une série qui devrait occuper Swolfs sur quatre ou cinq albums. «Le western, c’est le rêve américain, le paradis perdu, une imagerie, tout un contexte qui restera à jamais un de mes grands chocs esthétiques. Et pour un dessinateur, il n’y a pas de meilleur contexte pour exprimer des climats et des gueules», dit-il encore.

Face à Markham, un pasteur sanguinaire et fanatique, Lonesome, héros aux yeux bleus, prouve qu'il n'est pas qu'un clone de Durango. Et qu'Yves Swolfs reste bel et bien le roi du western.

«Lonesome - La piste du prêcheur». Yves Swolfs. Le Lombard.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.