Bande dessinée

13 septembre 2017 09:00; Act: 12.09.2017 19:39 Print

«Avec Titeuf, je ris des sujets terribles pour les accepter»

Après l'histoire longue du tome 14, qui présentait un Titeuf adolescent, Zep revient aux fondamentaux.

storybild

«Titeuf T. 15 - À fond le slip». Zep. Glénat (Collection Tchô).

Sur ce sujet

Créé en 1992, Titeuf a fêté ses 25 ans cette année. Qu'est-ce que cela représente pour vous?

Zep: J'ai simplement plus vieilli que lui... Mais on reste très liés. Il est ma part d'enfance et ça dure depuis 25 ans.

Après l'histoire longue du tome 14, vous ramenez Titeuf en enfance et vous revenez aux gags. Pourquoi?

C'est qu'impatient de grandir, Titeuf a préféré rester sur le seuil de la porte de l'adolescence. Pour les gags sur une ou deux pages, cela reste mon format favori. Il me permet de sauter d'un sujet à l'autre, de passer du grave au rigolo. Ce mélange d'inquiétude et d'insouciance, c'est au fond le propre de l'enfance.

En 25 ans, le monde a changé. Comment évolue le regard de Titeuf?

Il reste toujours interrogateur. Il essaie de comprendre ce monde qui est, avant tout, celui des adultes. S'il était aux mains des enfants, pas sûr qu'ils feraient pire que nous.

Quel genre de papa êtes-vous?

D'abord, je ne suis pas le papa de Titeuf. Je suis plutôt son double et il est mon avatar. Pour mes enfants, j'espère être un père formidable, mais impatient et préhistorique.

Écologie, humanisme, justice, Titeuf est très citoyen...

Tous les enfants veulent de la justice, de l'égalité, de l'écologie... Mais bon, ils veulent aussi des Pokémon.

Vous utilisez le rire pour parler du drame des réfugiés de guerre, Balkans hier, Syrie aujourd'hui. Pourquoi?

Depuis le début, j'ai cette idée du rire pour traverser la jungle de la vie. On a besoin de rire des sujets terribles pour les rendre accessibles, acceptables. Pour ne pas refuser de les regarder en face. Titeuf a dans sa classe une enfant qui regarde des vidéos complotistes, un musulman salafiste qui ne serre pas la main de la maîtresse, des réfugiés de guerre... Tout cela cohabite très bien et c'est même assez rigolo.

Les enfants vont beaucoup trop sur Internet. Et Titeuf?

Il va lui aussi chercher des réponses sur le Net. En plus des complotistes, il tombe sur un pédophile et cherche un tutoriel pour savoir comment sortir avec une fille. Avant, on se construisait avec nos parents, nos profs et les adultes de notre entourage. Maintenant, l'éducateur c'est Internet et il dit pas mal de conneries.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.