Chirurgie du sexe féminin

27 janvier 2017 15:05; Act: 27.01.2017 15:58 Print

«Ce qu'elles veulent, c'est un sexe de Barbie»

Chirurgie, rétrécissement ou injection des lèvres... Confidentiels il y a peu, les traitements esthétiques des parties intimes connaissent un engouement croissant.

storybild

Chirurgie du sexe féminin, une pratique émergente qui n'est pas sans risques...

Sur ce sujet

Confidentiels il y a peu, les traitements esthétiques des parties intimes connaissent un engouement croissant, qui pose des questions sur la perception de la "normalité" et comporte des risques médicaux. En 2015, plus de 95 000 labioplasties (chirurgie et/ou injections au niveau des lèvres) et plus de 50 000 vaginoplasties ont été pratiquées dans le monde, selon la Société internationale de chirurgie esthétique (ISAPS). Quasi inexistantes il y a encore cinq ans, elles figurent désormais aux 19e et 22e rang des opérations les plus pratiquées.

Aux États-Unis, près de 9 000 labioplasties ont été réalisées en 2015, soit 16% de plus que l'année précédente. Cette intervention consiste le plus souvent à réduire la taille des petites lèvres par laser (on parle alors aussi de nymphoplastie). «Si vous m'en aviez parlé dans les années 1980, je vous aurais traité de fou», a reconnu Renato Saltz, chirurgien esthétique près de Salt Lake City (États-Unis) et président de la Société internationale de chirurgie esthétique (ISAPS).

Quelle «normalité»?

«Les femmes se soucient désormais beaucoup plus de l'apparence de leur sexe», a observé Nolan Karp, chirurgien à New York et membre du conseil d'administration de l'American Society for Aesthetic Plastic Surgery (ASAPS), y voyant l'effet d'Internet. «Avant Internet, combien de femmes nues une femme voyait-elle au cours de sa vie?», s'interroge-t-il. Selon le chirurgien, les gens aujourd'hui «comprennent ce qui est normal, ce qui est beau et ce qui ne l'est pas».

Une «normalité» difficile à établir, tant l'apparence de cette partie de l'anatomie féminine peut varier. Si l'on considère comme «normal» un sexe où les petites lèvres ne «débordent» pas des grandes lèvres, alors seulement 20% répondent à ce critère, reconnaît Nicolas Berreni, gynécologue-obstétricien à Perpignan, lors du congrès de médecine esthétique IMCAS à Paris.

Une opération qui n'est pas sans risques

Cette quête de l'anatomie «parfaite» est «préoccupante», juge Dorothy Show, ancienne présidente de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (SOGC). Le sexe féminin présenté comme modèle «n'a pas de poils et est très plat», comme celui des petites filles. Une apparence très éloignée de la réalité. Elle s'inquiète du recours à cette pratique chez des adolescentes, dont le développement physique n'est pas terminé.

«Dans 40% des cas, les femmes qui demandent une nymphoplatie en se plaignant de douleurs mentent», estime le Dr Berreni. «Ce qu'elles veulent, c'est un sexe de Barbie, où on ne voit pas les petites lèvres», ajoute-t-il. L'opération n'est pas sans risques: douleurs chroniques, saignements, infections. «Lors de la cicatrisation, il y a un risque que des terminaisons nerveuses se trouvent prises dans le tissu cicatriciel, ce qui provoquera des douleurs», souligne le Dr Shaw.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • BamBam le 27.01.2017 16:34 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo pour l'image!

  • stef le 27.01.2017 17:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    quand arrivera le jour ou les femmes auront compris que ce que les médias véhicule ne correspond pas du tout a ce qu'un Homme veut ? un Homme veux avant tout une femme qui s'assume qui se plaît et qui se mets en valeur sans exagéré. Mais les femmes préfèrent plaire a des gamins égoïstes?!?

  • Peace & Love le 27.01.2017 16:15 Report dénoncer ce commentaire

    Quand on est mal dans sa peau, aucune opération ne pourra régler le problème. Je comprends ceux qui désirent une opération dans des cas graves, mais tout le reste n'est que vanité et manque de confiance en soi.

Les derniers commentaires

  • le 28.01.2017 17:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    serieux ? c est un probleme dans la tete à ce moment, parce que etre mal dans sa peau pour qch qu on ne voit pas dans s exhiber devant un miroir c est grave !!!!

  • fifi le 28.01.2017 16:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    57 - Très bien parlé.

  • 57 le 27.01.2017 19:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tout à fait d'accord avec vous. Je suis une femme et la société nous voudrez sans défaut,mais tout être humain à ses caractéristiques. c'est ceux qui nous différencie des autres. Autrement nous serions tous des robots. Il y a bien sûr des cas où les opérations sont nécessaires mais beaucoup d'autre sont juste superflux

  • stef le 27.01.2017 17:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    quand arrivera le jour ou les femmes auront compris que ce que les médias véhicule ne correspond pas du tout a ce qu'un Homme veut ? un Homme veux avant tout une femme qui s'assume qui se plaît et qui se mets en valeur sans exagéré. Mais les femmes préfèrent plaire a des gamins égoïstes?!?

  • BamBam le 27.01.2017 16:34 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo pour l'image!