Bande dessinée

12 octobre 2015 08:39; Act: 12.10.2015 14:49 Print

Ces héros de BD ont survécu à leurs créateurs

De plus en plus de héros de bandes dessinées à succès poursuivent leurs aventures après la mort de leurs auteurs originaux. Le succès commercial est souvent au rendez-vous.

storybild

Jean-Yves Ferri (à gauche) et Didier Conrad (à droite) reprennent les aventures d'Astérix après qu'Albert Uderzo a pris du recul. (photo: AFP/Bertrand Guay)

Sur ce sujet

Ce ne sont que des héros de papier mais ils sont immortels. Ils s'appellent Astérix, Corto Maltese, Lucky Luke, Black et Mortimer ou encore Iznogoud et poursuivent leurs aventures sur les chemins de la bande dessinée alors que leurs créateurs ont disparu. Dans ce monde où l'on ne meurt jamais, Tintin fait figure d'exception, lui qui n'a jamais plus parcouru le monde depuis la disparition d'Hergé en 1983.

Astérix se porte bien. Avec un premier tirage annoncé de 1,8 million d'exemplaires, le nouvel opus de ses aventures, «Le papyrus de César» (Albert-René), attendu dans toutes les librairies d'Europe et du Québec le 22 octobre, s'annonce d'ores et déjà comme l'événement éditorial de l'année. Le précédent album, publié en 2013, s'est vendu à plus de 5,4 millions d'exemplaires en 24 langues et dialectes. Les deux auteurs de la nouvelle aventure de l'irréductible Gaulois, Jean-Yves Ferri (scénario) et Didier Conrad (dessin), sont tous deux nés en 1959, comme Astérix. «René Goscinny et moi avions le sentiment d'avoir tout dit dans Astérix. La preuve que non», confiait récemment au Figaro le dessinateur historique du guerrier Gaulois, Albert Uderzo, 88 ans, qui a posé ses crayons en 2010.

Iznogoud repris par le fils de son créateur

Goscinny est mort en 1977 mais la plupart de ses personnages continuent d'exister. Ainsi, le cow-boy qui tire plus vite que son ombre, Lucky Luke, créé par le belge Morris (mort en 2001) et longtemps scénarisé (de 1957 à 1977) par Goscinny, continue son chemin solitaire. De nouvelles aventures de Lucky Luke ont été mises en scène par Laurent Gerra, Tonino Benacquista et Daniel Pennac. Le prochain album sortira chez Dargaud en novembre 2016 avec Jul (le dessinateur de «Silex and the city») au scénario et Achdé au dessin.

Autre personnage mis en scène par Goscinny, le grand vizir Iznogoud, un des seuls héros «méchant» de la BD, qui rêve de devenir calife à la place du calife, revient pour de nouvelles perfidies chez Imav, une maison d'édition fondée par Anne Goscinny, la fille de René Goscinny. «De père en fils» est le nom du nouvel album d'Iznogoud qui aurait également pu s'appeler «une affaire de famille» puisque c'est Nicolas Tabary, le fils du créateur du méchant vizir, Jean Tabary, frappé d'une attaque cérébrale en 2004 et décédé en 2011, qui tient les pinceaux.

Black et Mortimer se vendent beaucoup mieux que du temps de Jacobs

Pour revoir Corto Maltese, le marin ténébreux imaginé par le maître italien de la BD, Hugo Pratt, décédé en 1995, il aura fallu attendre 20 ans. «Sous le soleil de minuit» (Casterman), le nouvel album du pirate anarcho-romantique, est sorti le 30 septembre sous la plume et le crayon des Espagnols Juan Diaz Canales et Ruben Pellejero. Tout comme pour Astérix, cette renaissance de Corto Maltese constitue une bonne affaire pour l'éditeur. Quatre jours seulement après sa sortie, 25 000 exemplaires se sont vendus sur un tirage de 300 000 pour l'édition courante (en couleur) et de 20 000 pour l'édition de luxe en noir et blanc, déjà réimprimée à 15 000 en raison du succès rencontré.

Ce phénomène concerne aussi Blake et Mortimer, les deux héros du Belge Edgar P. Jacobs, repris dès la mort de leur créateur en 1987. Depuis 1996, de nouveaux albums des deux compères les plus british de la BD sortent régulièrement et se vendent chacun autour de 400 000 exemplaires, deux à trois fois plus que ce que vendait Jacobs de son vivant. Chez Dargaud, Laurent Verro poursuit la reprise de «Boule et Bill», les histoires tendres et drôles d'un petit garçon et de son chien, imaginées par le Belge Jean Roba, décédé en 2006 et Serge Carrère a repris Achille Talon, l'antihéros créé par Greg, disparu en 1999. De même chez Casterman l'intrépide gaulois Alix, parfaitement intégré à la société romaine au contraire d'Astérix, a survécu à Jacques Martin, mort en janvier 2010.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.