Nouvelle technique

09 janvier 2018 12:39; Act: 09.01.2018 14:33 Print

Des bactéries pour des jeans plus écologiques

Une étude publiée lundi présente une méthode de teinture plus écologique pour donner sa couleur au célèbre denim bleu indigo.

storybild

L'indigo est utilisé comme colorant sous sa forme naturelle depuis au moins 6 000 ans. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'indigo, à l'origine extrait de plantes mais aujourd'hui synthétisé, est le seul colorant capable de donner au «blue jean» sa couleur traditionnelle. «Mais le processus de teinture nécessite des étapes chimiques préjudiciables pour l'environnement», notent les auteurs de l'étude publiée dans la revue Nature Chemical Biology. Ces scientifiques ont ainsi développé une méthode pour produire le pigment en utilisant une bactérie conçue en laboratoire. Méthode qui nécessitera des «améliorations» pour être utilisée à une échelle industrielle, mais qui permet un aménagement «nécessaire» d'un processus de teinture «non viable», estiment-ils.

L'indigo est utilisé comme colorant sous sa forme naturelle depuis au moins 6 000 ans. Naturels ou de synthèse, les cristaux d'indigo adhèrent à la surface du tissu, qualité qui en a fait un incontournable de la teinture des jeans: le bleu intense est particulièrement résistant au lavage mais l'intérieur des fibres de coton reste blanc, l'abrasion permettant ainsi l'effet «usé» du denim. 95% des quelque 45 000 tonnes d'indigo synthétique produites chaque année sont utilisés pour la teinture des 4 milliards de vêtements en jean fabriqués annuellement, selon les chiffres cités par l'étude.

Produit final identique

Cette forte demande d'indigo pose «un problème grave de durabilité», note l'étude. Synthétiser le colorant nécessite l'utilisation de produits chimiques comme le formol et le cyanure d'hydrogène. L'indigo étant insoluble dans l'eau, pour obtenir une forme soluble nécessaire à la teinture, l'industrie utilise le plus souvent du dithionite de sodium, qui se décompose en sulfate et sulfite, produits corrosifs. «De nombreuses usines de teinture évitent le coût supplémentaire du traitement des eaux usées en rejetant les matériaux de teinture dans les rivières, où ils ont un impact écologique négatif», indiquent les chercheurs.

Leur méthode alternative «imite» le processus naturel d'une plante à indigo japonaise (la persicaria tinctoria). Ils ont conçu une bactérie E.coli qui comme cette plante fabrique de l'indoxyl. Combiné à une molécule de glucose, celui-ci se transforme en indican, composé stable qui peut être stocké. Au moment de la teinture, ajouter une enzyme à l'indican directement sur le tissu le transforme en indigo. «Le produit final est identique», assure l'un des auteurs, John Dueber, de l'université de Californie, qui reconnaît que la méthode n'est pas prête pour une utilisation industrielle.

Pour produire les cinq grammes d'indigo nécessaires à la teinture d'un seul jean, il faudrait «à ce stade plusieurs litres de bactéries», explique-t-il, soulignant que son laboratoire travaille à l'amélioration du processus.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.