Bande dessinée

27 septembre 2017 09:00; Act: 26.09.2017 19:17 Print

«Deux hommes en guerre»: des personnages troubles

Entre Charles, ex- agent de la DGSE, et Jacques Dufeutel, homme politique pourri, l'accord ne peut être que de circonstance.

storybild

«Deux hommes en guerre». Desberg, Moniquet, Jef. Le Lombard.

Sur ce sujet

Quand la fiction de la bande dessinée dépasse la réalité sordide de la vie politique. «Deux hommes en guerre», nouvelle série de Stephen Desberg et Jef pour la collection «Troisième Vague» du Lombard, est littéralement au cœur de l’actu. Et pourtant, le scénario en a été écrit bien avant les événements qui ont notamment secoué la dernière élection présidentielle française. Le personnage de Jacques Dufeutel est le prototype du politicien sans scrupules, issu d’une époque que l’on annonce enfin révolue. Celle de la corruption du public par le privé, des financements occultes de partis, des abus de pouvoir, des passe-droits, et même de l’immunité face à la justice.

Ancien militaire, Charles a dû quitter l’armée après avoir été grièvement blessé au combat. Mais dans la foulée, il a intégré la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE). De ses quinze années comme espion, il a collectionné les faits d’armes et les cicatrices. Désengagé, il a alors créé sa propre agence de sécurité. C’est donc un véritable expert en matière de renseignement que souhaite engager Jacques Dufeutel, ancien député et Premier ministre dont l’ambition dévorante lui fait croire en ses chances de conquérir l’Élysée.

Un projet sérieusement mis à mal par les nombreuses affaires dans lesquelles ce vieux briscard de la politique a trempé. Alors Charles passe un marché avec Dufeutel. Il découvrira qui tente de le faire chanter, en échange d’informations concernant une maladie orpheline dont est victime tant l’ex-agent de la DGSE que le fils du politicien. C'est que Charles a déjà par deux fois croisé la route de Jacques Dufeutel. Et dans les deux premiers cas, il lui avait sauvé la vie in extremis. Parviendra-t-il encore à tirer ce pourri du nouveau guêpier dans lequel il s'est plongé?

Pour cette nouvelle série «Troisième Vague», le scénariste Stephen Desberg, un des piliers de la collection («I.R.$», «Sherman», «Empire USA»), s’est appuyé sur l’expérience de Claude Moniquet, ancien journaliste et agent de la DGSE. Remarqué pour ses collaborations avec Matz («Balles perdues», «Corps et âme»), le dessinateur Jef met son style au service d’une intrigue pleine de rebondissements.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.